Voici les membres de Mosaïque, ainsi que leur ami Surojit (à droite), pendant le tournage du vidéoclip consacré à la chanson Nao Chariya De.

Mosaïque, le lac Saint-Jean et le Bengale

CHRONIQUE / Ils sont forts, les gens du groupe Mosaïque. Non seulement viennent-ils de compléter une série de spectacles avec Surojit, leur ami du Bengale, mais cette collaboration a donné naissance à un vidéoclip disponible sur YouTube depuis quelques jours. Il a été tourné pendant l’été, au Parc national de la Pointe-Taillon et permet d’apprécier l’un des enregistrements réalisés en janvier, lors du séjour des musiciens saguenéens à Kolkata.

La chanson Nao Chariya De a été choisie par l’autre personnage dans cette histoire, Michel Boissonneault. C’est lui qui avait produit le premier clip de Mosaïque, Moyna Re, à l’aide d’images captées sur les rives du Saguenay et de la rivière du Moulin, à Chicoutimi. Cette fois, l’idée lui est venue de montrer le lac Saint-Jean au moment où de jolies vagues lèchent la plage, poussées par le vent qui balaie les cheveux des sept interprètes.

Malgré leur nombre, ils paraissent petits lorsque le drone mobilisé par l’équipe, dont faisaient également partie Alexandre Boissonneault, Lise Chiricota et Lazaro Guera, a pris de la hauteur afin d’embrasser le lac et les arbres enserrant la bande de sable. Le décor est boréal, tandis que la musique, composée en 1969 par Abbas Uddin Ahmed, un artiste du Bangladesh, évoque irrésistiblement l’ailleurs.

«Je pense que les gens de Kolkata ont beaucoup apprécié, car en deux jours, plus de 1600 personnes ont visité le site YouTube qui accueille le vidéoclip», a confié le fondateur de Mosaïque, Jayanta Guha, à l’auteur de ces lignes. Il assimile ce tournage à un conte de fées et laisse entendre que d’autres documents tournés au Québec seront diffusés dans un avenir rapproché. Des images ont été captées à Alma et Laval, en effet, lors des concerts donnés par la formation qui célèbre ses 25 années d’existence.