Michel Pepin est décédé des suites d’un cancer du pancréas.

Mort du journaliste Michel Pepin

MONTRÉAL — L’ancien courriériste parlementaire de Radio-Canada, Michel Pepin, est décédé lundi, des suites d’un cancer du pancréas, a annoncé le diffuseur public. Il avait 57 ans.

Selon Radio-Canada, il était entouré de ses proches, dont son fils, l’économiste Simon Tremblay-Pepin. 

M. Pepin luttait contre la maladie depuis longtemps. En mars 2016, il avait annoncé sur les réseaux sociaux que des ennuis de santé «l’empêchaient désormais d’analyser la politique québécoise». Un an plus tard, il avait écrit que son congé se prolongeait, ajoutant qu’il «allait bien». 

Michel Pepin, le fils du syndicaliste Marcel Pepin, couvrait depuis 2010 la politique québécoise à l’Assemblée nationale en tant que journaliste et analyste. Il avait commencé sa carrière dans le Bas-Saint-Laurent à la télévision et la radio locales. Il s’était joint à Radio-Canada en 1988, après avoir brièvement travaillé au bureau de la ministre conservatrice Monique Vézina, à Ottawa. 

Les hommages ont afflué sur les réseaux sociaux, lundi après-midi, pour saluer ce «chic type», un journaliste «intègre et sympathique». Les politiciens de toutes allégeances se sont dits attristés par la nouvelle. Le premier ministre du Québec François Legault a déclaré sur Twitter qu’il gardait de bons souvenirs de «cet homme brillant et affable». La députée péquiste Véronique Hivon a dit qu’elle était «frappée par une grande tristesse» pour ce journaliste qu’elle «estimait et respectait beaucoup». L’ancienne députée libérale Fatima Houda-Pepin a parlé de lui comme l’un des «analystes les plus brillants». «Il faisait dans la nuance et non dans le jugement», a-t-elle écrit sur Twitter.