Le groupe Mordicus

Mordicus lancera son troisième album en juin

Le groupe Mordicus s’est fait discret, dans les derniers mois, ce qui lui a permis d’enregistrer son troisième album dans un studio de la région. Intitulé Où sont les néons ?, il prolongera ses fréquentations avec la pop, tout en ajoutant des éléments inédits par l’entremise d’une chorale d’enfants, ainsi que du Quatuor Saguenay.

Provenant de l’école La Carrière de Chicoutimi, les tout-petits ont posé leurs voix sur Un monde en folie. Ils ont été dirigés par Serge Tremblay, tandis que les pièces faisant intervenir le quatuor seront mises en boîte la semaine prochaine. Leur contribution illustre le chemin parcouru par la formation rock, dont les membres approchent tranquillement de la quarantaine.

« Dans les chansons auxquelles participera le Quatuor Saguenay, j’entendais des orchestrations, confie le chanteur et parolier Maxime Desrosiers. Il est normal qu’à 37 ans, les textes et les musiques laissent voir une plus grande maturité. En même temps, nous avions le désir d’amener une touche nouvelle aux enregistrements. »

Les thèmes abordés comprennent le moment présent, l’amour et la nostalgie, toutes choses que l’artiste a souhaité évoquer en s’appuyant sur l’expertise de Mathieu Farhoud-Dionne, mieux connu sous le nom de Chafiik au sein de la formation Loco Locass. Quant au mixage, il sera assuré par Gus Van Go à son studio de Brooklyn.

« Nous lui avons soumis nos démos et il a aimé ça. Ce sera plus pop, mais sans synthétiseurs, parce qu’on trouve que ça vieillit mal. Entre autres, nous avons exploré des sonorités de guitare, différentes ambiances. Même si nos racines rock des années 1960 et 1970 restent présentes, c’est de la musique de 2018 », décrit Maxime Desrosiers.

Il annonce que l’album sera lancé dans la région le 1er juin. Ce sera l’aboutissement d’une démarche amorcée à l’automne, dans la foulée d’une série de spectacles qui avaient permis à Mordicus de surfer sur le parcours du chanteur à l’émission La Voix. Bien sûr, le groupe reprendra la route au cours de l’été, notamment dans des festivals. Il s’attend aussi à ce que la radio réserve un bon accueil aux nouvelles compositions.

Sur les dix, il y en a cinq ou six qui ont du potentiel, laisse entendre Maxime Desrosiers, qui précise que le titre du disque réfère à la lumière que lui et ses camarades dégagent toujours, en dépit du temps qui fuit. « Les néons ne sont jamais éteints. Ils brillent encore », affirme le chanteur, tout en signalant avec humour que la dernière composition figurant sur le nouvel opus sera Mourir sur scène.