Michaël est monté sur la scène de l'Olympia une première fois en après-midi samedi afin de se préparer pour la soirée. Il avait alors en tête les noms de plusieurs grands qui se sont produits dans cette salle mythique.

Moment magique pour Michaël

Michaël vient de réaliser un rêve. Le chanteur originaire de Bégin a vécu sa première expérience de scène en sol français. Samedi et dimanche, il est monté sur les planches de l'Olympia de Paris afin de livrer une de ses pièces dans le cadre des spectacles de Lynda Lemay.
«Lynda Lemay a eu la générosité de m'inviter à monter sur la mythique scène de l'Olympia de Paris. C'était vraiment impressionnant, magique», confie Michaël Girard qui n'était jamais monté sur une scène à l'étranger en solo.
Le chanteur et sa conjointe se sont envolés pour la France vendredi. Leur voyage express a été organisé spécialement pour répondre à l'invitation lancée par Lynda Lemay.
Il y a quelques années, Michaël avait envie d'interpréter une chanson qui raconterait l'arrivée de son premier fils, Tom-Éliot. Il avait seulement 19 ans lorsqu'il a appris que sa conjointe Hélène était enceinte.
«J'ai essayé par moi-même d'écrire quelque chose, mais je n'y arrivais pas. J'ai rencontré Lynda Lemay et je lui ai demandé si elle pouvait m'écrire une chanson. Je lui ai confié mon histoire», explique-t-il. «Je lui ai raconté que je suis devenu père un peu avant le temps, mais que finalement, c'est devenu une superbe histoire. Le fait d'avoir décidé de garder le bébé, c'est la plus belle décision qu'on ait prise. C'est beau de voir que même si ça n'a pas toujours été facile, 17 ans plus tard, on est encore ensemble. Quand on regarde ce grand gars-là de 16 ans, c'est incroyable de penser que c'est notre petit bonhomme.»
Moins de 24 heures après leur rencontre, Lynda Lemay, visiblement inspirée, lui envoyait un démo.
«J'allais être papa, c'est un texte extraordinaire avec une belle mélodie. C'est vraiment touchant. Je n'en revenais pas que Lynda ait accepté de m'écrire ça», admet-il.
La chanson le suit depuis quelques années. «Je ne l'ai pas encore endisquée, puisqu'elle est vraiment particulière, unique. Je la présente quand je fais mes concerts intimes. C'est toujours un moment très spécial parce que c'est une chanson qui raconte une partie de notre intimité, mais elle est tellement bien racontée avec des images tellement fortes.»
Il y a un an et demi, Michaël s'est retrouvé à la même table que Lynda Lemay lors d'un événement-bénéfice. Au cours de la soirée, elle lui a demandé de chanter sa chanson. «J'étais intimidé, mais c'était très touchant de la faire devant Lynda», se rappelle-t-il.
Au cours de la même soirée, l'auteure-compositrice-interprète lui a confié avoir l'intention de célébrer ses 50 ans à l'Olympia de Paris, un endroit significatif pour elle, puisqu'elle s'y est produite à maintes reprises.
«Elle m'a dit qu'elle avait le goût d'avoir des invités pour l'occasion et m'a souligné que j'étais le bienvenu.»
Même si c'est le genre d'invitation qu'il ne pouvait refuser, Michaël ne se faisait pas d'illusions quant à la concrétisation de la chose.
«J'y pensais, mais je n'en ai pas reparlé. Cet été, l'invitation est revenue et je l'ai acceptée!»
C'est ainsi que le chanteur et sa conjointe se sont retrouvés à l'Olympia.
«Quand je suis passé devant la salle pendant la journée et que j'ai vu, en grosses lettres rouges, le nom de Lynda Lemay sur la marquise, j'ai été pris d'un immense élan de fierté. Je n'arrivais pas à croire qu'elle ferait son 60e Olympia et que moi, je pourrais partager ce moment avec elle.»
Michaël est monté sur scène en toute fin de spectacle.
«J'étais tellement excité et fébrile. J'étais assis dans la salle depuis le début du concert et j'ai été porté par la magnifique énergie de Lynda. J'étais très ému, mais j'ai tout de même réussi à me contrôler. J'ai pu savourer pleinement ce moment. La salle était bondée et son public, extrêmement généreux, a écouté attentivement ma prestation. Lynda était juste à mes côtés lorsque j'ai interprété ma chanson» a-t-il raconté après la première des deux représentations. «Je l'ai dédié à mon grand garçon, Tom-Éliot, sans qui cette histoire n'aurait jamais vu le jour. J'allais être papa est la chanson la plus intime et la plus personnelle de mon répertoire. Elle occupe une place toute particulière dans mon coeur.»
Lynda Lemay gardera elle aussi une place particulière dans le coeur du chanteur.
«Je n'oublierai jamais cette soirée. C'est une chance remarquable qu'elle m'a offerte et je lui en serai éternellement reconnaissant.»
La famille partagera son histoire
Tout laisser en suspens et partir en Inde pendant trois mois, en famille, pour vivre une aventure déstabilisante. Voilà une histoire qui pique la curiosité des gens. Michaël Girard, Hélène Girard et leurs deux garçons, Tom-Éliot et Sam-Éloi, seront de passage au Côté-Cour de Jonquière le 9 octobre afin de partager leur expérience et répondre aux questions du public.
Du 27 décembre au 31 mars dernier, la famille Girard a fait du volontariat dans une école du Sud de l'Inde. Pendant trois mois, la famille a oeuvré dans l'institution de l'État du Karnataka regroupant des jeunes âgés de cinq à 19 ans.
À leur retour, les Girard ont vite constaté l'attrait de leur histoire.
«On a vu ce que ça suscitait comme intérêt. Ça pique la curiosité des gens de savoir comment c'est possible de vivre une aventure comme ça. On s'est dit que ça pourrait être une bonne idée de partager cette aventure-là avec eux», explique le chanteur Michaël.
Ils ont monté un spectacle-conférence intitulé Les Girard en Inde, Sortie de Zone en famille!
La conférence qui s'adresse à toute la famille est un mélange de récit, d'images, de musique et de petites mises en scène qui permettent d'illustrer une réalité bien éloignée de la nôtre.
«On fait un beau tour de ce qu'on a vécu là-bas, de notre arrivée jusqu'à notre départ. On se retrouve les quatre sur scène, on présente des vidéos, des mises en contexte, les enfants jouent aussi de leurs instruments indiens», décrit Michaël. «La conférence permet de montrer la différence entre ce que l'on vit ici et ce qu'ils vivent là-bas. On parle de la façon de cuisiner, de laver les vêtements, de manger, de l'endroit où on habitait. Ça permet de montrer qu'il est possible de vivre et d'être heureux sans tous les artifices qui nous entourent ici.»
Jusqu'à maintenant, la conférence a été présentée à deux reprises à Montréal. La famille tenait à venir l'offrir dans la région.
«La première fois, nous l'avons présentée devant un public scolaire et on pouvait entendre voler une mouche. Les différences entre notre réalité et celles de l'Inde éveillent la curiosité des jeunes. Ensuite nous avons pu la présenter devant des familles et échanger avec les gens. La représentation dure une heure, ensuite on prend un thé chai et on discute avec eux», décrit-il.
La conférence sera présentée le 9 octobre, au Côté-Cour de Jonquière, à 14h. Le coût d'entrée est de 15$ par personne. Il est préférable de réserver une place, même si des billets devraient être disponibles à l'entrée. Il est possible de le faire via le michael@tvtv1.com ou le 514 952-5064.
J'allais être papa
Paroles et musique: Lynda Lemay
C'tait ma fin de printemps
C'tait ma tendre jeunesse
J'étais adolescent pas adulte mais presque
Amoureux insouciant
Buvant jusqu'à l'ivresse
Chaque goutte de temps et il pleuvait averse
Un amour tout récent
Vieux que de quelques gestes
Que de quelques moments
De fébrile tendresse
Ce mit vite à éclore
Un peu comme par mégarde
Comme une fleur à l'aurore
Sur une terre encore froide
J'allais être papa
Mais j'étais pas encore grand
J'étais juste un p'tit gars
J'avais peur que maman soit fâchée contre moi
D'avoir fait un enfant
J'allais être papa
Alors j'ai pris la main de ma gentille amante
Qu'une poussière de gamin me rendait menaçante
J'ai eu envie de souffler pour éteindre la flamme
Mais soudain à l'idée que j 'éteindrais une âme
J'ai voulu voir plus loin me projeter vers l'automne
Voir ce que serait mes lendemains avec un p'tit bonhomme
J'ai ajusté mon tir et j'ai relevé mes manches
J'ai voulu que mon avenir ait du pain sur la planche
J'allais être papa
Mais j'étais pas encore grand
J'étais juste un p'tit gars
J'avais peur que maman soit fâché contre moi
D'avoir fait un enfant
J'allais être papa
J'allais être papa
Mais j'étais pas encore prêt
Mais quand est-ce qu'on est prêt?
Y'a pas d'âge pour ça
C'était pas dans mes plans
Et je savais qu'il fallait que je le dise à maman
J'allais être papa c'est pas une mince affaire
J'ai serré dans mes bras ma jolie partenaire
On s'est dit on y va
Et bientôt la poussière est devenu notre joie
C'tait le début du voyage
Et j'ai pris à deux mains
Mon tout jeune courage
Pour aller un matin bredouiller la nouvelle
Et le temps de bégayer
Ben maman m'a dit qu'elle avait déjà deviné
Que j'allais être papa
Elle m'a dit ça ira
Elle m'a dit je suis là
Elle m'a prise dans ses bras
Elle m'a dit en riant
Ben moi mon grand je vais être grand-maman!
Et je suis devenu papa
Un très heureux papa