Il y a trois ans, Michel Ledoux a retrouvé le personnage de Bibi lors d’une visite à La Pulperie de Chicoutimi, avec laquelle il a collaboré dans le cadre de l’exposition Ainsi font, font, font. Il sera possible d’échanger avec lui le 29 avril à 19h30, via Facebook, à l’occasion des Rencontres théâtrales organisées par le Théâtre La Rubrique, de concert avec le Festival international des arts de la marionnette à Saguenay.
Il y a trois ans, Michel Ledoux a retrouvé le personnage de Bibi lors d’une visite à La Pulperie de Chicoutimi, avec laquelle il a collaboré dans le cadre de l’exposition Ainsi font, font, font. Il sera possible d’échanger avec lui le 29 avril à 19h30, via Facebook, à l’occasion des Rencontres théâtrales organisées par le Théâtre La Rubrique, de concert avec le Festival international des arts de la marionnette à Saguenay.

Michel Ledoux, l’homme derrière Bibi, Pruneau et tant qu’autres

Michel Ledoux est l’homme qui a prêté vie à Bibi, Théo et Marc-en-peluche, de même que Pruneau, de l’émission Passe-Partout. Ce marionnettiste fait carrière à la télévision depuis 42 ans, une expérience qui se trouvera au coeur de l’échange tenu le 29 avril à 19h30, à l’initiative du Théâtre La Rubrique et du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay (FIAMS).

Il s’agira du quatrième volet des Rencontres théâtrales, un projet né après l’annulation de quelques spectacles par le diffuseur jonquiérois. Il y a cependant une différence. Alors que Fanny Britt, Laurence Dauphinais et Mohsen El Gharbi avaient parlé d’une pièce faisant partie de la programmation, ce n’est pas le cas du prochain invité.

S’il lui arrive de se produire avec Théo, mascotte de la chaîne télévisée Yoopa depuis dix ans, le gros de son travail se déroule en studio. Ce printemps, par exemple, il devait participer au tournage de la troisième saison de Passe-Partout, nouvelle version. La pandémie ayant mis un frein aux enregistrements, les 40 épisodes ne seront pas bouclés de sitôt.

« Nous devions finir en juillet. Comme c’est parti, on va se rendre aux Fêtes », a indiqué Michel Ledoux au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. Parlant de cette série, il se réjouit du succès qu’elle connaît auprès d’une nouvelle génération d’enfants. Le fait que leurs parents aient développé un lien très fort avec Passe-Partout ajoute une touche de nostalgie à l’affaire.

Toujours populaire

Sur le même registre, Bibi a refait surface à la faveur de deux capsules abordant la crise du coronavirus. On s’abstiendra d’écrire qu’elles sont devenues virales, mais c’est ce que démontrent les statistiques. « La première capsule, celle avec Geneviève, interprétée par Sophie Dansereau, a généré 630 000 vues en quatre jours, s’émerveille le marionnettiste. On voit que ces temps-ci, il y a beaucoup de gens sur les ordis. »

La deuxième intervention de Bibi, cette fois avec le personnage de Julien (Nicolas Canuel), a aussi cartonné. Michel Ledoux croit que plusieurs personnes ont été émues de retrouver des visages jadis familiers, ce qui pourrait justifier leur retour dans le cadre d’une nouvelle production. Un projet est d’ailleurs sur les rails chez Mégafun.

S’il se concrétise, ça renforcera l’argumentaire de ceux, comme lui, qui croient que les créations virtuelles n’ont pas tué l’intérêt des enfants pour les marionnettes. « C’est plus facile de s’identifier à elles. Ils peuvent faire un câlin à Théo, ce qui est impossible avec un personnage virtuel », énonce-t-il.

Un creux de vague est quand même survenu au tournant du millénaire, provoqué notamment par l’afflux de dessins animés provenant de l’Asie. Lui et ses collègues ont été peu sollicités jusqu’au moment où de nouvelles productions ont vu le jour à Télé-Québec et sur la chaîne Yoopa.

Spécialité dans les voix et la manipulation, Michel Ledoux possède des états de service qui lui ont valu d’assumer la présidence d’honneur du FIAMS au début des années 2000. Il a également collaboré avec La Pulperie de Chicoutimi il y a trois ans, dans le cadre de l’exposition Ainsi font, font, font.

« Je suis en amour avec la région », affirme le marionnettiste, dont la rencontre sera accessible gratuitement via les pages Facebook de La Rubrique et du FIAMS.