Michel Ledoux, celui qui a donné vie à Bibi pendant des années, a collaboré à la mise sur pied de l'exposition Ainsi font, font, font.

Michel Ledoux: la voix de l'imaginaire

Lorsqu'il parle de marionnettes, le regard de Michel Ledoux s'illumine. Celui qui a manipulé des marionnettes qui ont marqué toutes les générations de téléspectateurs était de passage à La Pulperie pour le vernissage de Ainsi font, font, font Il a collaboré à la création de l'exposition qui, pour lui, prend l'allure d'un rêve devenu réalité.
« Quand je suis rentré dans la salle, j'ai eu un gros frisson, une once de nostalgie et un souhait que l'exposition se perpétue », affirme-t-il d'emblée.
Le visage de Michel Ledoux est inconnu du public. Sa voix, transformée de différentes façons, a quant à elle nourri l'imaginaire d'enfants issus de près de quatre décennies.
Il a prêté sa voix à Bibi, Théo, ainsi que plusieurs autres personnages de Passe-Partout, La maison de ouimzie, Pasha et les chats, Les belmines, À plein temps et d'autres encore.
« Ça fait 37 ans que je suis marionnettiste », précise-t-il.
Michel Ledoux a fait parler Bibi de Bibi et Geneviève de 1988 à 2001. Ente 1988 et 1992 seulement, 650 épisodes mettant en vedette le personnage né d'un dessin de Serge Chapleau ont été réalisés.
« Comme les marionnettes étaient friables, une douzaine de Bibi ont été fabriqués au fil des ans », affirme celui qui souligne que celle qui se retrouve à La Pulperie, la dernière avec laquelle il a travaillé, est exposée pour une toute première fois.
Michel Ledoux est aussi celui qui donne vie à Théo. Il a tourné 130 épisodes de Théo et tout autant de T'es où Théo.
« Toute la génération dans la mi-trentaine a grandi avec Bibi et aujourd'hui, leurs enfants viennent voir Théo. Ça me fait très drôle », confirme celui qui souligne que bien des adultes lui parlent de Bibi et Geneviève avec émotions. « Bibi est devenu une marionnette culte. Je me demande pourquoi on ne le ramènerait pas. Pourquoi il ne continuerait pas son stage sur notre planète ? », questionne celui qui imagine très bien les enfants d'aujourd'hui découvrir le monde avec le personnage aux cheveux verts.
En attendant, il se réjouit que le public puisse revoir Bibi et tous les autres personnages grâce à l'exposition sur laquelle il travaille depuis des mois.
« C'est l'aboutissement de toute une recherche. J'ai hâte que le public découvre l'exposition. J'avais cette idée d'exposition depuis longtemps. Je suis ému du résultat. Je me sens comme un enfant devant un comptoir de bonbons. »