Michaël est prêt à amorcer la tournée À contresens où il reprendra ses succès à lui, tout en interprétant des chansons auxquelles on ne l’associe pas spontanément.

Michaël comme vous ne l’avez jamais vu

Toutes les tournées sont importantes dans le cheminement d’un artiste, mais celle que Michaël entreprendra le 4 novembre, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, montre que certaines possèdent un caractère unique. Avant de participer à l’émission La Voix, en effet, le chanteur avait le sentiment de ramer sur du sable. Or, la notoriété retrouvée dans les derniers mois lui offre une nouvelle vie dont il entend profiter au maximum.

« C’est un métier d’insécurité et ça finit par t’affecter, mais je ne me verrais pas faire autre chose, même si j’ai essayé de me diversifier dans les dernières années. La Voix a remis du gaz dans le moteur et maintenant, le travail continue. On est dans une vague positive », a confié le Saguenéen il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au journal.

L’un des mérites du concours fut de le sortir de sa zone de confort, une tendance qui se poursuivra sur la route. D’abord, l’homme va s’exprimer davantage, ce que laisse entrevoir sa collaboration avec Daniel Langlois, scripteur pour plusieurs humoristes. Ce sera l’occasion de partager quelques confidences, notamment à propos de ses influences.

Côté musical, par ailleurs, il deviendra l’équivalent vocal d’un véhicule tout terrain. « Je ferai du nouveau matériel, des reprises tirées de mon répertoire, ainsi que de grandes chansons qui me feront passer d’Elvis à Metallica, en passant par Johnny Halliday, Bryan Adams et les Backstreet Boys. J’ai une voix et je veux l’utiliser », affirme le vétéran de la troupe Québec Issime.

Parmi les nouveautés, on remarque son dernier simple, On est là, écrit par Mathieu Lippé et Marc Papillon. Cet hymne à la solidarité, encore tout frais, commence à se tailler un chemin sur les ondes. « On ne rentre pas dans le son des grandes radios commerciales, mais plusieurs stations indépendantes ont adopté cette pièce, ce que je trouve encourageant », souligne Michaël.

Marc Papillon l’accompagnera d’ailleurs sur scène, aux côtés de deux musiciens. Ils seront appuyés par le chanteur qui, pour la première fois de sa carrière, s’autorisera quelques incursions au piano. « Avant, j’étais trop nerveux, mais le moment est venu de se lancer. Je me suis imposé ce défi », fait remarquer le Saguenéen.

Toujours dans le but de pimenter le spectacle, il invitera des camarades à chanter avec lui. Ce sera évidemment le cas à Chicoutimi où l’artiste confirme la présence d’Emy Harvey-Fournier, sa consœur originaire de la région. Après avoir participé à un duel à La Voix, ils reprendront Que je t’aime dans un esprit différent, juste pour le plaisir de la chose.

À propos du titre de la tournée, enfin, il réfère à la carrière de Michaël, à ce cheminement qui ne ressemble à aucun autre. « J’ai appelé ce spectacle À contresens parce j’ai touché à différentes avenues, ce qui m’a procuré beaucoup de plaisir. J’ai eu un parcours atypique, à l’opposé des tendances du moment », résume le chanteur.