Carole Desgagné a plusieurs créations a son actif, notamment le bronze intitulé Les cyclistes.

Médaille d’argent pour Carole Desgagné

Une sculpteure originaire de Dolbeau-Mistassini a remporté la médaille d’argent de la Mondial Art Academia. L’ascension, un bronze, a permis à Carole Desgagné de remporter le prestigieux prix.

« C’est une belle reconnaissance de mes pairs au niveau mondial. La Mondial Art Academia, c’est comme l’Académie des beaux-arts mondiale. On tombe à un autre niveau, ça me donne beaucoup de crédibilité en tant qu’artiste. On a besoin de ça aussi », affirme l’artiste au cours d’un entretien téléphonique.

La Mondial Art Academia réunit des artistes de partout dans le monde. Les intéressés doivent soumettre leur candidature et y être admis avant d’espérer y décrocher un prix.

Carole Desgagné y a été admise il y a à peine un an. Elle ne s’attendait pas à remporter un prix si rapidement. « Il y a un concours une fois par an. J’ai soumis trois sculptures. Un jury de 31 personnes de différentes nationalités choisit les œuvres sans savoir qui est l’artiste qui les a réalisées. J’ai su au début janvier que je remportais une médaille. Je suis vraiment contente. Ça me donne un bon élan pou amorcer l’année. »

Carole Desgagné, originaire de Dolbeau-Mistassini, pratique la sculpture de façon professionnelle depuis 25 ans.

Seulement deux prix sont décernés en sculpture puisqu’il y a uniquement une trentaine de sculpteurs membres de la Mondial Art Academia à travers le monde.

L’ascension mesure 74 centimètres de hauteur. « C’est la pièce maîtresse de mes bronzes. C’est une pièce imposante. Elle représente des alpinistes, donc on parle de l’ascension d’une montagne, mais aussi de l’ascension dans toutes les sphères de la vie. »

L’ascension avait aussi remporté un premier prix toutes catégories confondues à L’Académie des beaux-arts du Québec en 2011.

La sculpteure espère que ce nouveau prix permettra de trouver preneur pour l’œuvre dont le prix de vente est fixé à 10 000 $.

« C’est un montant important, mais fréquent dans le monde de la sculpture. Des pièces se vendent beaucoup plus cher. J’espère que quelqu’un va accrocher », souligne celle qui lance particulièrement un appel aux gens d’affaires. « Ils peuvent aller rechercher beaucoup en impôts lorsqu’ils font l’acquisition d’une œuvre. »

Carole Desgagné consacre beaucoup de temps à son art, son travail est reconnu, mais après 25 ans de pratique professionnelle, elle doit toujours occuper un emploi à temps partiel en plus d’enseigner la sculpture.

Elle a choisi de s’installer à Montréal il y a sept ans.

L’ascension, un bronze 74 centimètres de haut, a permis à la sculpteure Carole Desgagné de remporter la médaille d’argent de la Mondial Art Academia.

« Je loue une galerie une fois par année. J’y expose en compagnie d’un photographe et d’un peintre. »

Elle sent que son réseau prend forme. « Depuis que je suis à Montréal, mon art a explosé. Je participe à davantage de symposiums. »

Aujourd’hui, toutefois, c’est plutôt sur des expositions en solo qu’elle aimerait se concentrer.

« J’aimerais bien venir exposer en solo au Saguenay-Lac-Saint-Jean. J’ai assez de matériel pour ça », assure celle qui travaille actuellement le béton avec des éclats de bronze.

La scuplteure demeure attachée à sa région natale.

« Je suis quand même toujours présente dans mon coin d’origine. Je reste en contact avec le monde qui a cru en moi. »

En juin dernier, elle a obtenu un contrat de Dolbeau-Mistassini. Elle a créé des plaques personnalisées en bronze pour le Parvis des bleuets étoilés, une série de stèles formées d’un support en béton et d’un bleuet de bronze personnalisé au nom de gens du coin qui se sont illustrés au-delà des frontières québécoises dans différents domaines.