La photographe Maryline Rivard expose une dizaine de ses oeuvres à la galerie du Cégep de Jonquière.

Maryline Rivard en 10 autoportraits

La photographe Maryline Rivard s’est lancé un défi en avril 2017 : publier un autoportrait chaque dimanche pendant un an. Son but était de raconter une histoire et faire vivre des émotions à travers ses images, tout en mettant à l’épreuve sa créativité et son ingéniosité. Des 52 photos prises dans le cadre de son défi, elle en a sélectionné dix qu’elle présente sous forme d’exposition au Cégep de Jonquière. Nommée Décalque, elle restera en place pendant près d’un mois, soit du 5 au 24 avril.

L’exposition est composée d’une dizaine d’autoportraits, qui ont été créés à partir de plusieurs photos. Mme Rivard prend deux ou trois clichés à l’aide d’une télécommande et fait le montage sur le logiciel Photoshop. Chaque photo doit raconter une histoire ou représenter quelque chose. « Je voulais montrer mon évolution à travers cette année-là. Beaucoup de choses ont changé et je voulais que ça se ressente dans mon art », explique Mme Rivard. 

Son défi vient de se terminer, mais l’exposition est en préparation depuis un peu plus longtemps. « Les expositions sont choisies et organisées plusieurs mois d’avance, alors quand j’ai su que je pourrais exposer, je me suis lancée dans le défi », précise la photographe. Tous les autoportraits qu’elle a publiés au cours de la dernière année ont le même style. « Mes photos sont assez conceptuelles et surréalistes. Je veux véritablement transmettre une émotion aux gens qui regardent. »

Le choix a été difficile selon la jeune femme. Elle a pris en considération les photos qui ont connu le plus d’attraction sur les réseaux sociaux, mais aussi celles qui montraient le passage du temps. « J’ai choisi les images qui montraient le changement des saisons, avec des thématiques comme l’Halloween ou Noël. Je voulais montrer qu’une année entière s’est écoulée avant que j’expose. » Sa préférée est celle de la semaine 28. C’est la photo qui est la tête d’affiche de l’exposition. « Je crois qu’elle représente bien mon parcours dans la dernière année, et j’ai adoré la prendre devant public au CNE », précise-t-elle. 

Son prochain défi est de faire un autoportrait par jour, donc 365 photos pendant un an. « Je crois que c’est quelque chose de faisable. J’ai vraiment aimé mon expérience. » Elle n’est pas la seule puisque son défi en a inspiré plusieurs. « D’autres photographes de la région ont commencé un défi similaire au mien. J’aime voir à quel point les gens peuvent être créatifs, c’est inspirant », raconte l’enseignante de profession. 

Le nom de l’exposition n’a pas été choisi au hasard. L’action de décalquer est de reproduire une oeuvre autre part. C’est ce que Maryline Rivard fait avec ses photos en les imprimant sur un canevas. « Mes photos représentent aussi une partie de moi, alors c’est un peu une partie de mon âme que je laisse sur la toile. C’est un décalque de moi-même », conclut Maryline Rivard.