Le Festival d’humour d’Alma a présenté son premier gala, jeudi soir, à la salle Michel-Côté, avec notamment une prestation de Mario Jean.

Mario Jean met nos travers de l’avant

Le premier gala de la deuxième édition du Festival d’humour d’Alma, qui se tenait jeudi soir à la salle Michel-Côté, a été l’occasion de rire de nos travers de bon cœur.

Dans une soirée sans temps mort, qui mettait Mario Jean en vedette, quatre humoristes de styles bien différents se sont succédé sur scène. Ils se sont tous, bien gentiment, moqués d’un public consentant qui ne demandait qu’à participer.

Mario Jean, qui joue cet été dans une pièce de théâtre, était venu présenter des extraits du sixième one-man-show sur lequel il est en train de travailler et qui devrait voir le jour en 2019.

Dans le numéro qu’il a présenté jeudi à Alma, l’humoriste originaire de Chicoutimi s’est moqué de nos petits défauts collectifs. Son monologue a mis en lumière la part de « l’innocent » dans les gens et les choses qui nous entourent.

Que ce soit les « innocents » que l’on retrouve dans les émissions diffusées à Canal Vie ou Canal D, son chat qui est trop paresseux pour chasser ou encore les poissons qui ne comprennent pas les astuces des pêcheurs, les blagues de Mario Jean ont séduit le public jeannois.

Il a aussi émis quelques observations sur sa condition de quinquagénaire. « Avant la fée des dents nous visite. Maintenant, c’est la fée du nerf sciatique. »

Dave Gaudet y est allé d’observations concernant les choses que l’on fait dans l’intimité, à l’abri des regards des autres.

Découvertes
Le gala du Festival d’humour d’Alma est parfait pour faire des découvertes. Animé par Jessy Sheehy, un humoriste né à Arvida, la soirée a été l’occasion de faire preuve d’autodérision pour les spectateurs dès les premières minutes.

L’humour de Jessy Sheehy joue sur les clichés, sur les limites de l’acceptable. Un exemple : « Le Saguenay-Lac-Saint-Jean c’est la paradis… des motoneigistes alcooliques », a-t-il lancé dans son numéro d’ouverture. Comme il a grandi ici, ses farces se moquant des caractéristiques des gens de la région visaient souvent dans le mille.

Le numéro de Dave Gaudet, « l’humoriste que vous pouvez vous permettre financièrement », a-t-il blagué, jouait sur les observations des choses que l’on fait dans l’intimité, à l’abri des regards des autres. Qui n’amène pas avec lui son téléphone cellulaire quand il va à la salle de bain…

Les Pics-Bois, un duo composé de Dominic Massicotte et Maxime Gervais, est venu présenter son humour et ses personnages déjantés qui tendent vers l’absurde. Massicotte et Gervais ont réalisé une prestation qui étire les conventions de l’humour.

Pas encore populaire après dix ans de carrière, disent-ils, ils ont tout tenté jeudi sur scène pour faire parler d’eux, que ce soit par la prise de selfies, les vidéos virales ou même les scandales sexuels.

Bonne foule
La salle Michel-Côté était remplie à moitié pour le premier gala. Le directeur général de l’évènement, Maxime Fortin, a choisi de voir dans ce résultat le verre à moitié plein.

Les Pics-Bois, un duo composé de Dominic Massicotte et Maxime Gervais, est venu présenter son humour et ses personnages déjantés qui tendent vers l’absurde.

« Au départ, on avait l’intention de faire ça à la Boite à Bleuets, mais elle n’était pas disponible. Même si la salle n’est pas pleine, on a quand même vendu plus de billets qu’on espérait au début », raconte M. Fortin, quelques minutes avant le début du spectacle.