L'organiste Marc d'Anjou a offert un concert en solo mardi soir dans le cadre des concerts d'été de la Cathédrale de Chicoutimi.

Marc D'Anjou charme les mélomanes

Plusieurs dizaines de personnes étaient réunies à la cathédrale de Chicoutimi mardi soir pour entendre l'organiste Marc D'Anjou interpréter les pièces les plus connues du répertoire d'orgue. Cette fois encore, le charme a opéré. Le talent du musicien, le son de l'orgue Casavant et la beauté du lieu ont ravi les mélomanes venus profiter de la 27e saison des Concerts d'été de la cathédrale.
Céline Fortin, organiste à la cathédrale et responsable de la programmation, a invité l'organiste de grande réputation et titulaire de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec à interpréter les « greatest hits » du répertoire d'orgue.
« Je pense que vous êtes venus à un beau rendez-vous », a-t-elle lancé avant le début du concert. 
Effectivement, les personnes présentes ont pu savourer l'instant offert dans le cadre de la 27e série de concerts. 
L'écran placé à l'avant a permis d'apprécier le travail des pieds et des mains de l'organiste installé dans le jubé. Un spectacle qui comble la vue au moment même où l'ouïe est merveilleusement servie par le son du Casavant appuyé de l'acoustique de la cathédrale. 
La beauté du lieu n'est pas à négliger elle non plus.
Peu de temps avant le début de la représentation, les nuages se sont dissipés pour laisser place au soleil, ce qui a permis d'apprécier la beauté des vitraux à l'heure où la lumière extérieure commençait à faiblir. 
Marc D'Anjou a amorcé le récital avec Prélude, fugue et chaconne de Dietrich Buxtehude, dont les notes de la finale ont complètement empli l'espace. 
Choral du Veilleur de Jean Sébastien Bach a suivi. Puis l'organiste a offert la Toccate et fugue en ré mineur de Bach, air maintes fois entendu, qui a pris une allure distincte entre les murs du lieu de culte grâce à une interprétation tout en puissance et au son qui est propre au bâtiment. 
Une brève pause a permis de recueillir les dons qui contribuent à rendre possibles les séries de concerts en période estivale, puis le récital a repris en douceur avec Berceuse de Louis Vierne, avant de se poursuivre avec énergie avec le 5e mouvement de la 5e symphonie de la Toccata de Charles-Marie Widor. 
Des extraits de Suite Gothique ont suivi, avant que le programme prenne fin sur quelques variations d'Amazing Grace. 
Le public a tellement apprécié qu'il a longuement et chaudement applaudi l'interprète. Ce dernier s'est laissé aller à une toute dernière interprétation, avant de laisser les spectateurs quitter la cathédrale en affichant un air satisfait. 
Le soleil était pratiquement disparu. C'était au tour des lumières de la cathédrale de mettre en valeur l'architecture et les détails du bâtiment. 
Les concerts d'été de la cathédrale se poursuivront le 18 juillet avec l'organiste Catherine Todorovski et le trompettiste Duncan Campbell. Le 25 juillet, Raymond Perrin fera résonner l'orgue Casavant en compagnie de la violoniste Manuela Milani, ancienne étudiante du Conservatoire de musique de Chicoutimi. 
Les concerts sont gratuits et débutent à 20 h. 
Le public sera ensuite invité à se rendre du côté de l'église Saint-Dominique de Jonquière où seront offerts cinq concerts au mois d'août.