Au centre de l'espace, des éléments qui devraient pouvoir s'élever sont retenus au sol. Des nuages de céramique sont accrochés à des cordages. Des papillons sont épinglés à un coussin.

L'univers singulier de Cynthia Dinan-Mitchell

Les visiteurs du Centre national d'exposition de Jonquière sont invités à découvrir l'univers singulier de Cynthia Dinan-Mitchell. Jusqu'au 23 avril, l'artiste propose son exposition Jardin d'hiver, un ensemble d'oeuvres qui créent un tout surréel dans lequel les oiseaux et les fleurs sont omniprésents.
Dans Jardin d'hiver, les oiseaux et les papillons côtoient les objets de l'homme. Quelques éléments réfèrent au passé, notamment une radiocassette et un « walkman ».
Le travail de l'artiste installée à Québec s'articule autour d'une vision déformée de la décoration intérieure. Sa proposition est harmonieuse. Pourtant, lorsqu'on s'y arrête, on découvre que chaque oeuvre est composée d'éléments disparates.
La nature et l'homme sont étroitement liés dans l'art de Cynthia Dinan-Mitchell. En fait, ils ne forment qu'un.
La série Willow motif, qui se décline en six tableaux, propose des pièces ovales qui rappellent les porcelaines du 18e siècle.
Des éléments ornementaux bleus occupent les contours des pièces. À l'intérieur, les oiseaux et les fleurs sont très présents. Chaque fois, par contre, un élément rappelle l'homme. Des bâtiments, des bijoux, des vêtements, des chaînes, une radiocassette, un « walkman »... Parfois, l'homme et l'oiseau ne font qu'un, puisqu'une tête de volatile coiffe un corps de femme.  L'exposition propose divers dessins, mais aussi des installations.
Au centre de l'espace, des éléments qui devraient pouvoir s'élever sont retenus au sol. Des nuages de porcelaine sont accrochés à des cordages. Des papillons sont épinglés à un coussin. L'artiste aime indéniablement jouer avec les images, les matières et les significations.
Deux murs de la salle sont aussi couverts de la version de l'artiste du papier peint.
La sérigraphie Installation de papier peint bleu est composée de grandes feuilles de papier ornées d'un même motif et recouvertes en tout ou en partie de différentes teintes de bleu, de mauve et de gris. Certains espaces ont été laissés blancs. Pour Installation de papillons en papier, une envolée de papillons a été épinglée près du mur de papier peint.
« Par ce travail, je repense et réinvestis des matériaux afin de parodier des notions de hiérarchie, d'histoire, d'ornementation, de beauté, de goût et de genre. Essentiellement, je désire organiser des atmosphères intimes et confortables à l'intérieur des lieux d'exposition afin d'explorer la dichotomie entre la domesticité et le monde de l'art ainsi que la relation entre l'espace public et privé », explique l'artiste sur le cartel d'exposition.