Qualité Motel viendra présenter son dernier disque, samedi, au Bistro Café Summum de Chicoutimi.

L’origine saguenéenne de Qualité Motel

(SB) — Il y a un peu du Saguenay dans le groupe Qualité Motel, cet alter ego électronique de la formation Valaire. C’est en voyant une prestation des Lions du rythme, un groupe qui a fait fureur dans la scène musicale alternative locale à la fin des années 2000, que l’idée derrière Qualité Motel est née.

«On les a vus vers 2007 à Tadoussac, se souvient Luis Clavis. Ça nous a inspirés, et on a créé un autre groupe pour pouvoir jouer dans des salles plus petites. Avec Qualité Motel, on arrive, on branche deux fils et on est prêts à jouer.»

Le groupe, qui sera en spectacle au Bistro Café Summum de Chicoutimi, le 2 mars, défendra son dernier album, C’est pas la qualité qui compte. Lancé en novembre, cet album se démarque par les nombreux chanteurs qui y collaborent. Des artistes aussi diversifiés que Simon Proulx, Les Trois Accords et Marie-Hélène Thibert mettent des mots sur les beats imaginés par la bande de cinq amis.

La pièce qui a été la plus populaire sur ce dernier disque est certainement Basilic. Chantée par Koriass, avec des échantillonnages de Christian Bégin, elle se rapproche d’un hymne rendant hommage à cette herbe qui accompagne si bien les plats italiens.

Comment font-ils pour embarquer tous ces chanteurs dans leur délire? «C’est assez simple, en fait. Ça nous prend une idée. On a plein de maquettes de notre côté. Le plus difficile, c’est de faire fitter les horaires. Tout le monde est partant après deux ou trois bières, mais c’est souvent plus compliqué de mettre la machine en marche après», explique le musicien, avec humour.

En concert, les membres de Qualité Motel donnent une prestation qui ressemble à un «DJ set», pour reprendre les mots de Luis Clavis.

«On arrive avec nos tables et nos claviers. On est regroupés sur scène. On interprète nos pièces. On fait aussi des mashups et des remix. Le but, c’est de faire lever le party.»

Comme le répertoire de Valaire et de Qualité Motel prend de plus en plus d’ampleur, le spectacle est axé sur les pièces de ces groupes jumeaux. Une toute petite place est laissée à l’improvisation.

«On se connaît depuis qu’on est adolescents. C’est assez facile de savoir qui peut faire quoi et de se lancer dans quelque chose de plus libre», explique Luis Clavis.

Nouveau matériel

Il reste quelques maquettes dans les fonds de tiroirs de Qualité Motel.

Il n’est pas impossible que le groupe sorte quelques singles ici et là, au gré des collaborations.

Le prochain projet sur lequel Luis Clavis et sa bande se lanceront est un nouvel album de Valaire. «On est rendus à s’enfermer dans un chalet et composer.»