Cette photographie captée lors d’une répétition de l’Orchestre des jeunes montre à quel point les effectifs ont gonflé depuis janvier. C’est ainsi que dimanche, à l’occasion de leur concert du printemps, ils seront plus de 35 à présenter des compositions de facture classique sous la direction du chef Jean-Michel Malouf.

L'Orchestre des jeunes en format géant

Avant même qu’ils émettent un premier son, les membres de l’Orchestre des jeunes présenteront un profil différent, à l’occasion de leur concert de printemps tenu dimanche à 14 h. Il suffira de jeter un oeil sur la scène de l’auditorium Daniel-Vaillancourt, situé à l’intérieur de la polyvalente Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord, pour constater que les effectifs ont grossi pour la peine.

Ils étaient une quinzaine lors de leur dernière sortie, en novembre, comparativement à plus de 35 aujourd’hui. Les nouveaux venus ont été recrutés après les Fêtes, alors que la direction de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui chapeaute cette formation, a élargi ses critères d’admission. Elle a ouvert la porte à des musiciens plus jeunes, moins expérimentés, pour peu qu’ils sachent lire une partition et fassent l’apprentissage d’un instrument depuis trois ans.

Des interprètes inscrits au Conservatoire de musique, ainsi que dans différentes écoles de la région, ont répondu à l’appel. Pour les initier en douceur à la vie d’orchestre, on a limité à une heure leur participation aux répétitions tenues tous les lundis. Ils ont aussi abordé des oeuvres à leur portée.

« Les jeunes s’associeront aux musiciens plus expérimentés afin de livrer une marche militaire d’Elgar, une danse slave de Dvorak et une oeuvre de Schubert, l’ouverture de Rosamunde. Depuis janvier, ils ont beaucoup progressé, en plus de vivre une expérience positive au sein du groupe. Il s’est développé une belle relation avec les plus vieux. Ceux-ci les ont aidés, entre autres, à comprendre mes indications », raconte le chef Jean-Michel Malouf.

Les recrues proviennent autant des cordes que des vents ou des cuivres. Leur présence confère plus de densité au son de l’orchestre. Elle porte aussi l’espoir de jours meilleurs, puisque les nouveaux venus seront tentés de poursuivre leur cheminement, alors que d’autres s’inscriront pour une première fois en vue de la reprise des activités à l’automne.

« Il est important d’avoir un bon taux de rétention. C’est pourquoi nous espérons que plusieurs seront de retour et qu’un jour, eux-mêmes assumeront le rôle de mentors », fait observer le maestro. En attendant, il souhaite que de nombreux spectateurs assistent au concert printanier, ce qui leur permettra d’entendre d’autres oeuvres présentant un degré de complexité plus élevé.

Deux d’entre elles sont familières, puisqu’il s’agit de compositions provenant de la bande sonore de la série Star Trek. Les arrangements ont été conçus par le corniste Michel Gingras, membre de l’Orchestre symphonique. Quant à la pièce de résistance, le Concerto pour hautbois et cordes de Vaughan Williams, il donnera l’occasion de découvrir le hautboïste Ismaël Rahem, lauréat du concours des jeunes solistes en 2017.