Le duo Blue Moon Marquee, assurément une belle découverte de la 23e mouture du Jazz et blues. Ici, le guitariste A.W. Cardinal.

L'illusion parfaite de Blue Moon Marquee

Ils étaient deux, mais on aurait juré entendre un ensemble. Le duo Blue Moon Marquee a envoûté le resto Inter qui affichait salle comble, jeudi soir. De passage au Festival Jazz et Blues dans le cadre d’une tournée provinciale, leur première venue a été pour plusieurs une surprenante découverte.

Elle, c’est à la fois une multi-instrumentiste un peu rebelle et raffinée cachée derrière une contrebasse. Lui s’avère architecte à l’aide de ses accords et amène étonnement et réconfort de sa voix rude. Ensemble, c’est un mélange de vivacité tout en subtilité. Habitués de la scène montréalaise et new-yorkaise, les deux musiciens basés à Vancouver ont trimballé leurs compositions folk et blues devant une audience qui a vite flairé l’étendue de leur talent. Il faut dire que l’oreille ne reste pas insensible aux capacités vocales du guitariste A.W. Cardinal : cette voix, puissante, granuleuse et affirmée, amène à Blue Moon Marquee un aspect absolument unique. Sa maîtrise de l’instrument à six cordes est similaire : sa touche précise et bien sentie sidère. Celle qui l’accompagne se fait appeler Badlands Jass (en référence à son lieu d’origine albertain) est un prodige en soi. Jasmine Colette, le pied gauche rivé sur la grosse caisse et le droit remuant le charleston, délaisse le manche de sa contrebasse afin de marquer les temps sur les cymbales.

Probablement une grande découverte de cette 23e mouture jazz et blues.

Le guitariste A.W. Cardinal.