Salomé Leclerc fait partie des habitués du Côté-Cour qui seront de retour dans cette salle au cours de l’hiver. Elle en profitera pour explorer son nouvel album, Les choses extérieures.

L’hiver sera chaud au Côté-Cour

L’hiver sera tout, sauf une saison morte, au Côté-Cour de Jonquière. Dévoilé il y a quelques jours, le second volet de la programmation comprend une trentaine de spectacles qui témoignent de la bonne santé de ce diffuseur. Sans rouler sur l’or, il surfe sur une belle vague depuis quelques saisons, alors que les assistances se sont appréciées pour la peine.

« Nous développons. Nous déployons beaucoup d’efforts pour amener le Côté-Cour plus loin, sans toutefois modifier son ADN. Nous souhaitons préserver son esprit et même si ça reste une institution fragile, comme l’ensemble du milieu culturel, on peut dire que ça va bien. La période de turbulences est derrière nous », a décrit le directeur général Dario Larouche au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Préserver l’ADN de la vénérable salle, c’est battre le rappel des troupes, ramener sur scène des artistes qui ont su fidéliser leur public. Dans cette perspective, l’un des retours les plus attendus sera celui d’Edgar Bori, le 12 avril. Rappelons que c’est à Jonquière qu’il avait donné son premier spectacle à visage découvert, justement parce que le chanteur savait que cette opération délicate aurait plus de chances de fonctionner face à des fans respectueux de sa démarche.

« Il proposera un amalgame de poésie, de chanson et de théâtre », résume Dario Larouche, qui recevra également Salomé Leclerc, une autre habituée du Côté-Cour. Elle viendra présenter les compositions réunies sur son nouvel album, Les choses extérieures, après avoir fait salle comble, ou presque, lors d’une visite effectuée pas plus tard qu’au printemps.

Florent Vollant aura aussi des pièces toutes fraîches à défendre, le 16 février, ce qui sera également le cas de Karim Ouellet lorsqu’il se pointera le 1er mars. Un autre événement qui fera date, à en juger par la demande qui s’est manifestée dans les dernières semaines, sera la visite du groupe Bears Of Legend. « Il viendra le 4 mai et c’est presque complet », note le directeur général.

Preuve que l’éclectisme aura droit de cité cet hiver, la saison débutera sous les accents du hip-hop par le truchement de KYMZ, qu’on pourra voir le 25 janvier. Suivront trois invités qui font dans l’humour, soit la formation Sèxe Illégal (1er février), Rosalie Vaillancourt (7 février) et les gars de Bleu Jeans Bleu dont les chansons absurdes, un brin rétro, ont semé la bonne humeur lors de leur passage précédent dans la salle de la rue de la Fabrique.

Il faut également souligner le retour du Quatuor Saguenay et du Théâtre 100 Masques le 3 mars. Comme l’an passé, alors qu’ils avaient monté un spectacle empruntant à la thématique du grand guignol, on les verra sous un jour festif, voire débridé, alors qu’ils exploreront l’univers des farces médiévales. « C’est agréable de découvrir des musiciens comme eux dans le contexte d’un cabaret », fait observer Dario Larouche.

Il mentionne aussi le spectacle de Belle Grande Fille, tenu le 30 mars. Cette chanteuse qui a brillé lors de la dernière édition de la Bourse Objectif Scène, de même qu’au Festival de la chanson de Saint-Ambroise, prépare un album qui, à n’en pas douter, sera abondamment exploité. Enfin, le duo Vice E Roi se produira le 13 avril, tandis qu’Elliott Maginot, auteur d’un album somptueux, Comrades, sera à l’oeuvre le 3 mai.