Michaël a campé Ziggy dans la production Québec Issime chante Starmania à Sherbrooke l’été dernier. Il espère pouvoir reprendre son rôle l’été prochain malgré ses nombreux engagements.

L'heureux marathon de Michaël

Michaël est monté sur scène à 25 reprises en 24 jours au cours de la période des Fêtes. Loin d’être essoufflé par ce véritable marathon, il amorce une nouvelle série de spectacles qui le mènera dans sa région natale à quatre occasions au cours des prochaines semaines. Il compte ensuite se mettre au travail afin de lancer son cinquième album, un premier à titre d’auteur-compositeur-interprète.

Michaël a à peine eu le temps de souffler au cours de la période des Fêtes. Il a pris part au spectacle Noël, une tradition en chanson qui réunissait sur scène huit artistes parmi lesquels figurait également la Jonquiéroise d’origine Annie Villeneuve. «Mon objectif était de réussir mes 25 Minuit, Chrétiens», lance-t-il en riant au cours d’un entretien téléphonique.

Michaël apprécie ces moments où il partage la scène avec des complices. Au cours des derniers mois, il a eu l’occasion de le faire à maintes reprises.

À l’automne, il a participé au spectacle Francostalgie, une revue musicale rassemblant des succès francophones qui ont marqué l’histoire de la musique entre les années 1965 et 1995.

Une dizaine de représentations ont été offertes par le quatuor qu’il compose avec Maxime Landry, Vanessa Duchel et Éléonore Lagacé. Quelques dates figurent à l’horaire des prochains jours. Le spectacle sera ensuite en résidence au Capitole de Québec tout l’été. «On donnera plus d’une quarantaine de représentations. Je serai à Québec une bonne partie de l’été», souligne celui pour qui la période estivale risque d’être fort chargée. Michaël espère notamment effectuer quelques passages à Sherbrooke, où il a campé Ziggy dans le spectacle hommage à Starmania de Québec Issime l’été dernier.

«J’ai tellement aimé camper ce rôle. Ç’a été une révélation pour moi. J’aimerais pouvoir faire les deux spectacles cet été. Il y a des possibilités de remplacement des deux côtés. On regarde les possibilités.»

Avant de s’installer à la Place Nikkitotek de Sherbrooke, Québec Issime chante Starmania effectuera une tournée qui s’amorce le 18 janvier, à Saguenay. La production sera présentée à la Salle François-Brassard de Jonquière à titre de spectacle-bénéfice de Saguenay en Neige.

Même si les productions de groupe occupent beaucoup de son temps, Michaël ne met pas entre parenthèses sa carrière solo pour autant.

Michaël fait partie du spectacle Francostalgie, une revue musicale qui sera présentée tout l’été au Capitole de Québec.

À sa sortie de La Voix, en 2017, il a rapidement mis sur pied le spectacle À contre-sens qu’il promène depuis. Ce spectacle présenté en première au Théâtre Banque Nationale à l’automne 2017 le mènera au Saguenay-Lac-Saint-Jean d’ici la fin du mois. D’abord, le 25 janvier, à la salle Desjardins Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini, puis le 26 à la salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob de Jonquière et le 27 à la Boîte à Bleuets d’Alma.

«Je suis content de revenir chez nous, le spectacle a évolué au cours de la dernière année», souligne le chanteur originaire de Bégin, heureux d’avoir un emploi du temps si chargé.

Michaël présentera son spectacle À contre-sens à Dolbeau-Mistassini le 25 janvier, à la salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob de Jonquière le 26 et à la Boîte à Bleuets d’Alma le 27.

«Je ne peux pas me plaindre en ce moment. Je sais par contre qu’il y a des années où il y a moins d’ouverture. Depuis deux ans, ça roule, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. J’aime mieux jongler avec des horaires que me demander ce qui va arriver.»

Le chanteur planche également sur un nouvel album, son cinquième en carrière, mais son premier à titre d’auteur-compositeur-interprète. Il espère le voir sur les tablettes avant la fin de 2019.

«Je tiens à ce que ce soit un album de chansons complètement originales. Je veux être auteur-compositeur à 75%, mais je laisse un peu de place à quelques collaborations. Cette fois, personne ne va me faire changer d’idée. Chaque fois que je fais des collaborations, je me rends compte que je fais beaucoup de compromis. C’est un projet indépendant. Personne n’attend après moi. Je me suis donné un ‘‘deadline’’ mais il n’y a pas de date officielle de sortie. Je pense à l’automne 2019.»

Michaël estime que créer ses propres pièces constitue la prochaine étape de son parcours artistique.

«Je sens que je suis rendu là. J’ai beaucoup de choses à dire et il y a plusieurs mélodies sur lesquelles j’ai commencé à travailler. Mon but précis est d’aller au bout de quelque chose, de mon processus de création. Si je rencontre un obstacle, je donnerai un coup de fil à des gens talentueux avec qui j’ai déjà collaboré», explique-t-il. En 2019, je change de façon de voir les choses. Je ne veux pas essayer de plaire. Je veux faire quelque chose qui me fait ‘‘triper’’ et j’espère que les gens vont embarquer», conclut-il.