Le groupe Premier Ciel a reporté sa première visite au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans le contexte de L’Heptade, son nouveau spectacle. D’abord prévue pour le 20 janvier, elle aura lieu le 22 septembre, alors que le classique d’Harmonium sera livré intégralement.

L’Heptade en septembre plutôt qu’en janvier

Ça s’appelle reculer pour mieux sauter. Au lieu de présenter l’intégrale de L’Heptade le 20 janvier, au Théâtre du Palais municipal de La Baie, le groupe Premier Ciel attendra jusqu’au 22 septembre afin d’étrenner ce spectacle au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il se produira alors au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

«Le diffuseur (Diffusion Saguenay) a préféré reporter notre visite et je suis d’accord avec cette décision. Comme nous ne sommes pas appuyés par une grosse machine, peu de gens savaient que L’Heptade s’en venait au Saguenay. Nous aurons donc l’occasion de préparer le terrain en donnant des entrevues et en misant sur les médias sociaux», a souligné le chanteur Mathieu Grégoire au cours d’une entrevue téléphonique accordée au journal.

C’est lui qui campe le rôle assumé jadis par le leader d’Harmonium, Serge Fiori. Trois fois déjà, lui et ses camarades ont abordé le répertoire de cette formation au Théâtre Banque Nationale et trois fois, ils ont attiré des foules conséquentes. C’est donc sans états d’âme qu’ils s’y rendront à nouveau, d’autant qu’elle leur a laissé un bon souvenir. «C’est une belle salle qui sonne bien», note ainsi l’interprète.

Il s’appuie sur les réactions suscitées par L’Heptade depuis son lancement en février, à Sherbrooke, pour justifier son optimisme à propos du rendez-vous de septembre. Cette production approuvée par Serge Fiori a été montée avec la collaboration de deux autres piliers d’Harmonium, la chanteuse Monique Fauteux et le bassiste Louis Valois. Elle est calquée sur un enregistrement réalisé à Vancouver, une version «live» de l’album double lancé en 1976.

«Nous ne reprenons pas les orchestrations de Neil Chotem, bien sûr, mais nos interprétations sont plus longues que sur le disque original et les solistes s’autorisent de belles envolées. Je dirais que le ton est plus enjoué. Ça déménage, alors que nous nous appliquons à recréer l’ambiance de l’époque», fait remarquer Mathieu Grégoire.

Le spectacle commence avec Dans le noir, une pièce qui ne figure pas sur L’Heptade, mais qu’Harmonium avait composée en vue de la tournée. Ensuite, Premier Ciel s’attaque au monument lui-même en réduisant les interventions parlées à leur plus simple expression. C’est juste à la fin de ce voyage, que d’aucuns assimilent à une messe, que le chanteur s’adresse au public.

«Le fun commence à ce moment-là. On fait quelques titres provenant des albums précédents, mais l’enrobage visuel reste assez sobre. Il n’y a pas de flafla, pas d’éléphants gonflables. Puisque reprendre L’Heptade constitue une charge colossale, on laisse la musique parler et on laisse nos voix chanter», décrit Mathieu Grégoire.

Une relation privilégiée

Il est rare qu’un groupe spécialisé dans les hommages bénéficie de l’encadrement des membres d’origine. C’est pourtant ce que vivent les gens de Premier Ciel, en particulier avec leur nouvelle production calquée sur L’Heptade. Que ce soit lors des répétitions ou dans les coulisses, ils ont multiplié les interactions avec les vétérans d’Harmonium.

« C’est un fabuleux privilège que d’avoir l’aval de ce groupe et de recevoir des conseils de gens comme le bassiste Louis Valois, ainsi que Monique Fauteux, que je considère comme la plus belle voix féminine au Québec. Ils étaient là quand, sur certaines pièces, on s’est demandé s’il fallait jouer plus vite ou plus fort, s’il fallait pousser la note un peu plus haut », fait valoir le chanteur Mathieu Grégoire.

Serge Fiori a approuvé le spectacle, mais n’a pas assisté aux répétitions. Un jour, cependant, son vieux complice Louis Valois lui a téléphoné à propos de Chanson noire. « Je devais jouer de la guitare comme lui le faisait à l’époque et je n’étais pas sûr de l’accord. Fiori m’a suggéré de visionner le vidéo qui accompagne le coffret L’Heptade XL. J’ai regardé ses mains et j’ai compris », raconte l’interprète.

Un moment émouvant pour l’équipe de Premier Ciel est survenu lorsqu’elle a fait l’album au complet pour la première fois, devant Monique Fauteux et Louis Valois. La réaction de ces spectateurs pas comme les autres restera longtemps gravée dans les mémoires.

« De voir les étincelles dans leurs yeux et de les entendre dire, à la fin : "Il se passe quelque chose", c’était spécial », confie Mathieu Grégoire.

Une autre forme de validation est venue lors d’une représentation donnée à Verdun. Cette fois, c’est Serge Fiori qui était présent, d’abord avant le spectacle, puis à la pause, alors qu’il s’est rendu dans les coulisses pour saluer les musiciens. Ce qui est ressorti, outre son bonheur de voir revivre ses compositions, ce fut sa grande sensibilité.

« Il nous avait dit que c’était beaucoup d’émotions pour lui », résume Mathieu Grégoire.