Entourés des membres du Quatuor Saguenay, Christine Boily et Michel Harvey, directrice générale et président de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, accompagnent Frédéric Laroche, directeur Technologie Arvida, Centre de recherche et de développement Arvida. L'objectif consiste à recueillir 300 000 $ à l'intérieur d'une fenêtre de trois ans.

Levée de fonds majeure pour l'Orchestre symphonique

L'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean lance une levée de fonds majeure, une initiative ayant pour objectif de recueillir des dons à hauteur de 100 000 $ par année, pendant trois ans, afin de porter à un million $ le Fonds de l'Orchestre. De cette manière, il générera des revenus d'intérêt qui l'aideront à assurer ses opérations courantes, mais plus fondamentalement, à pérenniser ses activités.
Première à confirmer sa participation, ce qu'elle a fait vendredi, lors d'une rencontre de presse tenue à la boutique de La Voie Maltée de Chicoutimi, la compagnie Rio Tinto a annoncé le versement d'une somme de 75 000 $. C'est Frédéric Laroche, directeur Technologie Arvida, Centre de recherche et développement Arvida, qui a officialisé la chose en invoquant le lien profond, ancien, qui s'est tissé entre les deux organisations.
«Nous partageons une histoire de 30 ans avec l'Orchestre et c'est pourquoi il était important de le soutenir dans le cadre de cette levée de fonds. Nous encourageons d'autres entreprises à apporter, elles aussi, leur contribution», a-t-il mentionné à la suite d'un mini-concert donné par les membres du Quatuor Saguenay.
L'apport de Rio Tinto, jumelé aux 10 000 $ accordés par la Banque Royale du Canada, donne à penser que la première tranche de 100 000 $ sera vite amassée. En ajoutant les dons effectués par des particuliers, un volet moins familier, mais sur lequel on insiste de plus en plus, cette cible sera atteinte et on pourra envisager avec optimisme la suite de la campagne, qui prendra fin en 20120.
L'une des sources d'espoir réside du côté des petites et moyennes entreprises. Elles ne pourront pas signer un chèque de 75 000 $, mais chacune sera invitée à collaborer à la hauteur de ses ressources. «Des dons peuvent être effectués chaque année. Des employés ont aussi la possibilité de mousser la cause de l'Orchestre auprès de leurs collègues, de leurs patrons», donne en exemple la directrice générale Christine Boily.
Ce que peu de gens savent, c'est que les montants qui tomberont dans l'escarcelle de l'Orchestre seront multipliés grâce à deux programmes gouvernementaux. Celui de Québec, le Mécénat Placement Culture, bonifie les dons dans une proportion de 155%, tandis qu'Ottawa offre 100% par l'entremise du volet Incitatifs aux fonds de dotation piloté par Patrimoine Canada.
«En accumulant 300 000 $ de plus, on dégagera des ressources supplémentaires qui pourraient représenter l'équivalent d'un grand concert ajouté à la programmation. Dans les années creuses, ça peut aussi nous éviter de faire un déficit», explique Christine Boily. Elle ajoute que l'annonce de vendredi prolonge une séquence heureuse pour l'Orchestre, un vent d'optimisme qui souffle de plus en plus fort.
Rappelons que la Ville de Saguenay a pris le relais de Rio Tinto en ce qui touche le financement du Quatuor Saguenay, ex-Alcan, il y a quelques mois. De son côté, Passion Café a créé le café du Quatuor, dont la vente se traduit par des revenus d'un dollar par sac pour l'Orchestre, tandis que La Voie Maltée offre jusqu'au mois d'avril une cuvée de bière se traduisant, elle aussi, par des rentrées d'argent.
C'est donc avec un enthousiasme renouvelé que l'Orchestre tiendra une retraite d'ici au mois de juin, un exercice de réflexion qui n'a pas été mené depuis des lunes. «Nous en profiterons pour aborder la question du financement, voir comment nous pourrions élargir notre public et déterminer de quelle manière il serait possible de maximiser notre apport à la communauté régionale», énonce Christine Boily.