Les Trois Accords se présenteront au Cabaret La Saguenéenne de Chicoutimi, samedi, avec de nouvelles chansons figurant sur l’album Beaucoup de plaisir.

Les Trois Accords en mode rock’n roll

Pas du genre à multiplier les fioritures, les Trois Accords ont abordé la tournée Beaucoup de plaisir en respectant l’esprit du titre. « C’est un spectacle de rock’n roll », confirme le batteur Charles Dubreuil. Lui et ses camarades le démontreront une nouvelle fois samedi à 21 h, alors qu’ils débarqueront au Cabaret La Saguenéenne de Chicoutimi.

Il s’agira de leur première incursion au Saguenay, mais pas dans la région, puisqu’ils sont passés au Lac-Saint-Jean il y a quelques semaines. Les succès passés occupent une place de choix à l’intérieur du programme, sans toutefois marginaliser les créations récentes. Au contraire, depuis que le groupe s’accorde un délai de quelques mois après le lancement d’un disque, ces pièces ont le temps de devenir des vers d’oreille, au même titre que les anciennes.

« À l’époque des albums Grand champion international de course et Dans mon corps, nous prenions la route rapidement, mais ça prenait trois ou quatre mois avant que le public réagisse différemment lorsqu’on faisait les nouvelles compositions. Nous avons donc reporté la tenue des premiers spectacles et c’est pour ça que le monde se met à chanter, même quand on présente la huitième chanson. Il a eu le temps d’assimiler le contenu », fait observer Charles Dubreuil.

Bien sûr, les premiers titres diffusés à la radio sont les plus familiers. Corinne s’est hissée au premier rang du palmarès, comparativement à la troisième place décrochée par Ouvre tes yeux Simon ! . Précisons que dans ce dernier cas, l’homme dont il est question est le chanteur et parolier Simon Proulx. Le texte réfère à cette habitude qu’il a de fermer les yeux sur scène.

« À la télévision, on a déjà placé un gars devant lui, tenant une affiche où il lui rappelait de garder les yeux ouverts. On a dit à Simon qu’Éric Lapointe chantait les yeux ouverts, lui, mais ça n’a rien changé », rapporte Charles Dubreuil. Par bonheur, l’homme est aussi constant quand vient le temps de pondre de nouveaux textes, y compris au Studio Wild de Saint-Zénon, où a été enregistré Beaucoup de plaisir.

Les Trois Accords y ont retrouvé de fidèles collaborateurs, les réalisateurs Gus Van Go et Werner F. Au lieu de les rejoindre à New York avec quelques maquettes sous le bras, comme c’était leur habitude, ils sont arrivés avec une poignée de textes qu’il a fallu mettre en musique dans un délai relativement court. Après avoir constaté qu’aucun thème n’émergeait du lot, contrairement à ce qui s’était passé sur J’aime ta grand-mère ou Joie d’être gai, le parolier s’est remis à l’ouvrage.

« Nous n’avions que des tounes de party, ce qui a été l’fun pour Simon, d’une certaine manière. Ça lui a enlevé de la pression, puisqu’on ne se sentait pas obligés de sortir un album complet. Nous aurions été à l’aise avec six compositions, à condition qu’elles soient toutes bonnes », explique Charles Dubreuil. Ils en ont gardé 11, finalement, et pendant la tournée des salles, elles sont interprétées par les quatre membres de la formation.

« Ça fonctionne vraiment bien, mais il nous arrive d’intégrer un ou deux musiciens quand l’occasion se présente, notamment sur le circuit des festivals. Nous sommes contents parce que nous en ferons plusieurs cet été », souligne le batteur des Trois Accords.