En attendant de lancer son sixième album, Welcome bonheur, le groupe Kaïn veut faire lever le party sur la rue Racine, le 11 août. Il participera alors au Festival international des Rythmes du Monde, qui l'accueille pour la première fois.

Les nouvelles couleurs de Kain

Si vous aimez Kain, le spectacle qu'il donnera le 11 août, à l'occasion du Festival international des Rythmes du Monde, devrait figurer à votre agenda. Il fait partie d'une tournée estivale regroupant une douzaine de rendez-vous, dont un seul dans la région. Le programme comprend des pièces qu'on découvrira sur le prochain album, Welcome bonheur, et il y aura un petit nouveau sur la scène, le guitariste John-Anthony Gagnon-Robinette.
Si vous aimez Kain, le spectacle qu'il donnera le 11 août, à l'occasion du Festival international des Rythmes du Monde, devrait figurer à votre agenda. Il fait partie d'une tournée estivale regroupant une douzaine de rendez-vous, dont un seul dans la région. Le programme comprend des pièces qu'on découvrira sur le prochain album, Welcome bonheur, et il y aura un petit nouveau sur la scène, le guitariste John-Anthony Gagnon-Robinette.
Il a succédé à Patrick Lemieux en mars et tout de suite, ses camarades ont réalisé que cet homme plus jeune qu'eux - il est âgé de 25 ans - constituait une recrue de choix.
« Il a l'énergie d'un gars de son âge et en plus de la guitare, il joue du banjo, de la pedal steel et de la mandoline. Sa palette musicale est colorée, ce qui nous donne plein d'idées », a souligné le chanteur Steve Veilleux jeudi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès.
Miser sur les succès
Puisque c'est l'été, les succès du groupe seront livrés dans un enrobage rock aux accents festifs, les musiciens ayant pour objectif de faire lever le party sur la rue Racine.
Ceux qui souhaitent entendre Embarque ma belle, La maison est grande et La bonne franquette, entre autres perles, ne seront pas déçus. Ce sera l'occasion de célébrer plus de 15 ans de complicité.
« Ne pas jouer ces chansons que tout le monde connaît irait à l'encontre de notre désir de rester fidèles à ce que nous sommes. En même temps, nous profitons de cette tournée pour présenter deux extraits du nouvel album, qui sortira en septembre. L'un d'eux a pour titre Comme un bum et il a été inspiré par un voyage que notre bassiste, Éric Maheu, a fait au Lac-Saint-Jean. L'asphalte a toujours été la muse de ce groupe », décrit joliment Steeve Veilleux.
Nouveautés
Jusqu'ici, le public réagit favorablement aux nouveautés qu'on lui jette en pâture. Enregistrées l'automne dernier, ce qui a représenté le chant du cygne pour Patrick Lemieux, ces pièces demeurent fidèles à la manière des gars de Drummondville, tout en laissant voir une mutation dans leur approche.
« C'est inspiré de la musique des années 1980, de ce que faisaient des gens comme Tom Petty ou les Eagles. On a beaucoup misé sur les harmonies vocales. On voulait toucher aux textures », révèle le chanteur.
C'est avec le concours d'Éloi Painchaud que Welcome bonheur a pris forme. Le réalisateur a recouru à l'approche du « live en studio » pour conférer un supplément de fraîcheur aux interprétations, dont le pendant scénique sera défini prochainement.
« Sur le disque, il y a du banjo, du piano, des choeurs et des textes râpeux. On a voulu éviter les demi-mesures », fait observer Steeve Veilleux, qui ajoute que la tournée des salles débutera en novembre.