Voici le groupe Slippery When Wet lors d’une soirée tenue au centre-ville d’Alma. Après un an de travail, le groupe est prêt à livrer son nouveau spectacle au Vieux Théâtre de La Baie, où il a rendez-vous le 13 octobre.

Les nouvelles ambitions de Slippery When Wet

Trop souvent, on assimile les artistes à des têtes en l’air, des gens sympathiques chez qui l’esprit d’entreprise constitue une vue de l’esprit. Ils sont nombreux, pourtant, à démontrer le contraire, un autre exemple étant fourni par le Chicoutimien Carl Boulianne et les quatre Jeannois qui forment le groupe Slippery When Wet, Sabin Côté, Russel Boutin, Sergio Duchesne et Fred Gagné.

Depuis trois ans, ils promènent leur hommage à Bon Jovi partout dans la région et même à l’extérieur. Leur truc consiste à rendre l’esprit des chansons, pas de les reproduire note pour note, ni de ressembler à leurs modèles en tous points. Chaque spectacle étant différent du précédent, un noyau de 150 fans les suit d’une ville à l’autre, s’ajoutant à ceux qui découvrent leurs interprétations un soir donné.

« C’est un hobby qui a pris de l’ampleur », constate Carl Boulianne, celui qui a eu l’idée de former le groupe en 2011 et qui assume les fonctions de chanteur et de guitariste, en plus de s’occuper de la promotion et du développement. Impressionné par la progression de Slippery When Wet dans les dernières années, il a convaincu ses camarades de franchir une nouvelle étape grâce au spectacle qui sera étrenné le 13 octobre, à 20 h, au Vieux Théâtre de La Baie.

Ce sera une grosse affaire. Les gars porteront de nouveaux costumes et évolueront dans un décor comprenant un juke-box surdimensionné et la reproduction d’un mur d’amplis. En plus, leur arrivée sur la scène sera annoncée par le biais d’une vidéo projetée sur un grand écran. « Ce sera spécial, le Centre Vidéotron à une petite échelle. On va recréer l’effet de grandeur », assure l’artiste, qui a aussi l’âme d’un promoteur.

Le plus important, toutefois, demeure la performance des musiciens, le rendu des chansons popularisées par le combo du New Jersey. Or, le travail abattu depuis un an, jumelé à la volonté exprimée par chacun des membres de pousser le bouchon plus loin, lui donne l’assurance que le public sera satisfait. « Le groupe est solide, confirme Carl Boulianne. On est prêts et comme je l’ai dit aux gars, on ne veut plus se limiter à des premières parties dans les festivals. On vise le gros stage. »

Se définissant comme un passionné, « quelqu’un qui défonce les portes », Carl Boulianne sent que le moment est venu d’afficher de plus grandes ambitions. C’est pourquoi il a invité des organisateurs de festivals à assister au spectacle du 13 octobre et demandé à Raphaël Bouchard, ainsi qu’à Pierre-Luc Laberge, de tourner un démo promotionnel ce soir-là. Dès cet automne, ce document servira de carte de visite pour ceux qui n’auront pu se rendre au Vieux Théâtre.

« Notre calendrier est libre pour 2019 et nous souhaitons faire les gros festivals présentés dans la région, notamment Festirame, Jonquière en musique et la programmation de la Zone portuaire de Chicoutimi. S’ils viennent nous voir, leurs responsables vont faire un saut. On met l’accent sur le Bon Jovi de la première époque, celui qui aimait les guitares corsées, plus rock’n’roll, celui que préfèrent les trois quarts des gens qui fréquentent nos spectacles », rapporte Carl Boulianne.