Situé à Desbiens, le Centre d’histoire et d’archéologie de la Métabetchouane chapeaute un événement intitulé <em>Monstres marins et créatures légendaires</em>. Il aura lieu le 22 août, de 15h à 18h, et mettra en valeur des éléments de la culture régionale empruntant au fantastique.
Situé à Desbiens, le Centre d’histoire et d’archéologie de la Métabetchouane chapeaute un événement intitulé <em>Monstres marins et créatures légendaires</em>. Il aura lieu le 22 août, de 15h à 18h, et mettra en valeur des éléments de la culture régionale empruntant au fantastique.

Les monstres marins convergeront à Desbiens

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Monstres marins et créatures légendaires du Lac-Saint-Jean. Juste le nom de l’événement donne le goût d’apporter une caméra, au cas où. Tenu le 22 août, de 15h à 18h, il mettra en relief des histoires tout aussi folles, mais nettement plus sympathiques, que les théories de la conspiration qui pullulent ces temps-ci.

C’est à Desbiens, sur le site du Centre d’histoire et d’archéologie de la Métabetchouane (CHAM), que sont conviés les amateurs de contes et légendes. Quatre zones se disputeront leur attention, à commencer par celle du Tipi où Côté Brodeur, originaire d’Hébertville-Station, abordera les mythes du Lac-Saint-Jean.

«Cet homme qui s’intéresse à l’imaginaire collectif viendra partager une part de l’héritage culturel de la région», annonce la nouvelle directrice du CHAM, Carolyne Laroche, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien. Comme l’un de ses objets de fascination est le monstre marin Ashuap, ça cadrera avec le film projeté en boucle dans la zone de la chapelle.

Situé à Desbiens, le Centre d’histoire et d’archéologie de la Métabetchouane chapeaute un événement intitulé <em>Monstres marins et créatures légendaires</em>. Il aura lieu le 22 août, de 15h à 18h, et mettra en valeur des éléments de la culture régionale empruntant au fantastique.

Il s’agit de Monstre d’eau douce, un documenteur faisant la part belle à la créature fantastique, qui a aussi donné son nom à une bière. Maxim Bronsard, qui a signé la réalisation avec Marily Sauvageau, sera présent afin de répondre aux questions des visiteurs. Le document d’une durée de 13 minutes sera projeté deux fois par heure.

Le long de la Véloroute des Bleuets, la notion de plaisir épousera une forme différente, grâce à l’organisme Merci la Terre. Des produits cultivés à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix seront à l’honneur, notamment les légumes avec lesquels on prépare un gaspacho qu’on dit succulent. Le four à pain du CHAM sera également mis à contribution, alors qu’on y fera cuire du pain et des pizzas.

«De mon côté, j’animerai la zone comprenant le monument à Jean De Quen, ainsi que la poudrière, précise Carolyne Laroche. Je parlerai de ce bâtiment patrimonial, du poste de traite et du centre d’interprétation. Celui-ci est fermé cet été, mais la tenue de cet événement montre qu’on demeure actifs. On met notre patrimoine culturel en valeur, via les contes et légendes.»

Puisque le nombre de places est limité à 150, eu égard aux normes imposées par les autorités sanitaires, les personnes qui souhaitent découvrir Monstres marins et créatures légendaires sont invitées à s’inscrire en téléphonant au 418 346-5341. Le coût de l’admission s’élève à 20 $ pour les adultes, 5 $ pour les enfants et 45 $ pour les familles.

«Ceux qui le désirent pourront en profiter pour visiter notre boutique. Nous y offrons des objets d’artisanat, dont plusieurs sont d’origine autochtone. Nous possédons également une grande sélection de livres à propos du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qu’il s’agisse des mythes, de la tradition orale ou des chansons des coureurs des bois», fait observer Carolyne Laroche.