Quelque 1200 enfants de Chicoutimi ont eu la chance de découvrir le monde d’Hansel et Gretel à l’occasion de deux représentations de l’Opéra-bonbon, l’an dernier.
Quelque 1200 enfants de Chicoutimi ont eu la chance de découvrir le monde d’Hansel et Gretel à l’occasion de deux représentations de l’Opéra-bonbon, l’an dernier.

Les Jeunesses Musicales Canada concoctent des productions numériques pour les enfants

En attendant de retrouver le chemin des salles de spectacle, les Jeunesses Musicales Canada (JMC) mettent la dernière main à une programmation numérique destinée au jeune public. Elle s’appuie sur les productions Les origines du bing bang !, Le grand bal de Noël et Opéra-bonbon : l’aventure gourmande d’Hansel et Gretel.

Dans chaque cas, une version de l’oeuvre sera disponible en ligne, mais on ne se contentera pas de filmer les interprètes, promet Clément Joubert, directeur des opérations jeune public. « Ce que nous voulons faire, ce ne sont pas de simples captations. Le contenu sera adapté pour le Web », a-t-il mentionné au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

L’autre nouveauté résidera dans les ateliers montés en fonction des spectacles. Ils s’appuient sur une expérience tentée dans les dernières semaines, à l’intérieur de 35 classes allant de la maternelle à la sixième année. Les jeunes ont apprivoisé le contenu de l’atelier Musique au corps, inspiré par Les origines du bing bang ! . Ils ont visionné des capsules mettant en évidence les percussions corporelles, notamment les palmas, la podorythmie et le gumboot.

« Une animatrice se joignait à eux de façon virtuelle et la réaction a été incroyable. Nous savions que ça fonctionnerait, mais nous ne nous attendions pas à une réponse aussi enthousiaste de la part des enfants », rapporte Clément Joubert.

Ces résultats ont convaincu le conseil d’administration de donner le feu vert à la mise en marché des nouveaux ateliers, une décision qui a été officialisée le 10 juin.

Les écoles du pays se verront donc proposer ce concept auquel pourra se greffer la participation d’une animatrice en chair et en os, là où les conditions le permettront. Plus long que les ateliers originaux, qui jouent autour de 45 minutes, leur équivalent numérique comprendra des cahiers pédagogiques offrant davantage de matériel aux enseignants. « Ce sera une mine d’or pour eux et ce produit ne sera pas dispendieux. Même le jour où nous pourrons repartir sur la route avec nos spectacles, ce travail ne sera pas perdu. Partout au Canada, il y a des communautés où nous ne pouvons pas nous produire en personne. Nous aurons une alternative pour elles », énonce Clément Joubert.

Il confirme également que les JMC restent attachées au concept de la tournée, d’autant plus que leurs productions possèdent un grand pouvoir d’attraction. C’est ce qu’avait démontré le passage de l’Opéra-bonbon à Chicoutimi, l’an passé.

Le temps de deux représentations offertes par la Société d’art lyrique du Royaume, 1200 enfants avaient découvert le monde d’Hansel et Gretel.