Les Filles de la Forêt, un incontournable de l'été

Les responsables du Site de la Nouvelle-France ont pris une sage décision en ramenant un spectacle équestre dans le théâtre de l'endroit. Les Filles de la Forêt, mélange de théâtre, de cirque et d'art équestre, est sans contredit un incontournable lors d'une visite à Saint-Félix-d'Otis, cet été.
Après deux années d'absence, un spectacle équestre est présenté au Théâtre du Site de la Nouvelle-France. Une création de la compagnie de cirque équestre Luna Caballera, dans une mise en scène d'Éric Chalifour. Un spectacle pour toute la famille, rencontre entre le théâtre, la marionnette, les jeux d'ombres et de lumière, le cirque et les arts équestres, ficelé par les textes de Martin Giguère.
Mercredi matin, plus d'une centaine de personnes étaient réunies dans le théâtre qui peut en accueillir 180 pour la première du conte équin.
Dès les premières minutes, l'attention du public a été captée.
En début de représentation, une portion théâtrale permet de situer le spectacle, qui se déroulera ensuite sous les yeux du public.
Les Filles de la Forêt met en scène un frère et une soeur qui retrouvent le livre de contes de leur enfance dans le grenier de la maison de leur grand-père. Ils replongent dans un de ces contes, entraînant avec eux les spectateurs. Dans l'aventure fantastique, deux soeurs, Coraline et Corine, partent à la recherche des chevaux disparus dans le but de les ramener au village. Pour ce faire, elles doivent traverser une forêt mystérieuse. Avec une touche d'humour, le spectacle fait notamment l'éloge du courage et de l'importance de respecter les chevaux.
Dès le départ, le comédien Patrice Leblanc interagit avec le public. Une touche de modernité qui suscite la réaction des spectateurs et qui, au cours du spectacle, rappelle que les personnages évoluent dans un conte.
La présence du comédien professionnel apporte beaucoup à la production. La qualité du jeu de Leblanc procure le soutien nécessaire à ses complices de scène.
Les décors, notamment composés de grands rideaux de franges, combinés aux jeux de lumière et à la musique, ajoutent une touche de magie et de fascination au spectacle.
Les chevaux et leur grâce, les prouesses des cavalières et voltigeuses, la complicité entre l'artiste équestre et l'animal ainsi que la proximité avec le public font de la production un spectacle original.
Mercredi matin, les premiers applaudissements se sont fait entendre lorsque Orfeu, un cheval blanc, a fait ses premiers tours sur lui-même.
C'est toutefois les numéros de l'acrobate aérienne Valérie Villeneuve qui ont créé les moments les plus forts en émotions. L'acrobate originaire de la région, qui s'exécute sur un trapèze en début de spectacle, puis sur tissus aériens en fin de représentation, réalise de nombreuses prouesses en hauteur, à quelques mètres seulement des spectateurs qui retiennent leur souffle. Le tout, en donnant l'impression que toutes ces acrobaties sont faciles à exécuter.
Cavalières et voltigeuses, Marie-Claude Bouillon, Christina Albers et Paméla Paradis proposent aussi des numéros gracieux où la complicité avec les bêtes se fait sentir. La proximité du théâtre permet d'apprécier encore davantage les prouesses des chevaux Orfeu, Ruby, Gareth, Dante et Raoul, des poneys Schubert et Berlioz, ainsi que du chien Enyo.
Les Filles de la Forêt est présenté au Théâtre du Site de la Nouvelle-France à 11h, jusqu'au 27 août. L'horaire des représentations est disponible via le www.sitenouvellefrance.com.
Une quarantaine de représentations sont prévues cet été.