Comme en témoigne cette photographie, les Cowboys Fringants ont joué devant une foule impressionnante, samedi soir, à l’occasion du Festival international des Rythmes du Monde.

Les Cowboys fringants au FIRM: grosse foule, grosse fatigue, gros fun

Un samedi soir sur la Zone portuaire de Chicoutimi. Du beau temps, les Cowboys Fringants avec en première partie un duo de rappeurs prometteurs, Seba & Horg. C’est le genre d’alchimie qui vaut de l’or pour une organisation comme le Festival international des Rythmes du Monde, dont c’était le dernier événement tenu dans le cadre de la trilogie de spectacles payants baptisée La Veille du FIRM.

À l’oeil, il s’agissait de la foule la plus importante de la semaine, une foule jeune qui n’attendait que l’arrivée des têtes d’affiche pour entrer en mode participatif. Les membres du groupe ne lui ont pas donné l’opportunité de le faire sur la première pièce, cependant. Ils ont préféré rendre hommage à ce coin de pays qui leur a toujours réservé un accueil chaleureux.

« Voici une chanson qu’on joue juste ici », a annoncé Karl Tremblay avant de répéter plusieurs fois « Les battures de Saint-Fulgence, ohé, ohé » sur un beat énergique. Ce fut l’affaire d’une minute, en comptant la reprise qui a couronné le mot de bienvenue, où on a appris que les Cowboys Fringants complétaient une séquence de trois spectacles.

« Ça se peut qu’on manque de sommeil, mais le dernier spectacle d’une série est toujours le meilleur. On va tout donner », a promis le chanteur sous les cris d’une foule qui, dès qu’elle a identifié les premières notes de Bye Bye Lou, l’a accompagné sans se faire prier. Le violon de Marie-Annick Lépine a laissé filtrer un reste de nostalgie pendant que ses camarades faisaient monter la température.

Des lumières se sont alors mises à flasher et il y a eu une sorte d’explosion, pulsée par la trompette. C’est devenu carrément frénétique sur la scène et sur le parterre, comme si on était rendus au dernier rappel. D’ordinaire, la tension retombe à la suite d’une telle poussée d’adrénaline, sauf que le groupe a remis une grosse bûche dans le poêle sur l’air de La manifestation. Une forêt de bras s’est dressée, tandis qu’une épaisse fumée – des gaz lacrymogènes ? – enveloppait les musiciens.

8 secondes a creusé le même sillon festif sans toutefois que le texte touffu, très engagé, ne sorte perdant des arrangements laissant voir un petit bout de l’âme russe. C’est devenu un peu décousu en cours de route, mais pourquoi pas ? Un party, ce n’est pas linéaire. On peut même l’interrompre pour souhaiter bonne fête à une enfant maintenant âgée de neuf ans, la petite Anaïs.

La nostalgie, cette fidèle compagne des Cowboys, est revenue planer sur la scène Ubisoft Saguenay-Le Quotidien lorsque Karl Tremblay a prononcé ces paroles trahissant une certaine fatigue. « La prochaine chanson, c’est une chanson qui parle du mois d’octobre. Ça s’appelle... Octobre », a-t-il lancé. Prenant un peu d’avance sur le calendrier, il a évoqué le temps qui passe toujours trop vite, tellement qu’on oublie d’apprécier les derniers feux de l’automne.

Cette fois, les musiciens n’ont pas carburé à l’énergie pure. Ils ont tissé une jolie trame country-folk qui a accompagné le représentant du journal sur le chemin de la sortie. Toujours trop tôt, lorsqu’on se trouve en aussi bonne compagnie.

Karl Tremblay et Marie-Annick Lépine des Cowboys Fringants ont fait fi de la fatigue générée par une mini-tournée, samedi, pour semer la frénésie parmi leurs fans rassemblés sur la Zone portuaire de Chicoutimi.

Seba & Horg

Un mot, enfin, à propos du duo qui a ouvert la soirée, Seba & Horg. Ils ont tiré le meilleur parti possible de leurs 40 minutes sur la scène, prenant le temps de livrer toutes les chansons de l’album Grosso-Modo, dont le succès intitulé Vintage à l’os. Cette composition est représentative de leur approche fondée sur des textes chargés d’ironie, jumelés à un beat enlevé.

Ce qui a également ressorti, c’est le sens du spectacle de Seba, celui qui se promène partout sur la scène, qui incarne les pièces à l’aide d’une gestuelle d’une précision remarquable, pendant que son partenaire soigne l’environnement musical. Il pratique aussi l’autodérision avec bonheur, comme on a pu le constater sur Rapeur chauve.

Pas de doute qu’un jour prochain, ce sera lui et Horg, les têtes d’affiche.

Précédé par le succès de la chanson Vintage à l’os, le duo Seba & Horg a tiré le meilleur parti possible de sa présence sur la Zone portuaire de Chicoutimi, samedi, en première partie des Cowboys Fringants.