Élinor H. Frey et Suzie LeBlanc ne pourront se produire le 11 octobre, à la chapelle Saint-Cyriac. Comme elles vivent à Montréal, une zone rouge délimitée par la santé publique, il aurait été compliqué de les héberger au Saguenay, tout en prévenant les contacts avec la population. Les deux concerts qui figuraient à leur agenda ont été reportés au début de la prochaine année.
Élinor H. Frey et Suzie LeBlanc ne pourront se produire le 11 octobre, à la chapelle Saint-Cyriac. Comme elles vivent à Montréal, une zone rouge délimitée par la santé publique, il aurait été compliqué de les héberger au Saguenay, tout en prévenant les contacts avec la population. Les deux concerts qui figuraient à leur agenda ont été reportés au début de la prochaine année.

Les Concerts de la soprano Suzie Leblanc reportés

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
C’est la mort dans l’âme que le comité responsable des concerts de la chapelle Saint-Cyriac a décalé le premier événement de la saison. Il était prévu pour le 11 octobre et devait réunir la violoncelliste Élinor H. Frey, la soprano Suzie LeBlanc, le musicien Michel Angers, virtuose du théorbe, de même que la violoniste Laura Andriani, qui est aussi la directrice artistique de la série présentée à Lac-Kénogami.

« Nous sommes tristes parce que tout le monde avait hâte d’assister à ce concert qui aurait été donné à 13 h, puis à 16 h. Nous pouvions accueillir 75 spectateurs par séance et déjà, nous étions assurées d’en avoir une soixantaine. Les artistes aussi étaient déçus, mais dès que la situation le permettra, nous remettrons cet événement au programme, peut-être au début de la prochaine année », affirme Sylvie Brassard, membre du comité organisateur.

Puisque les mélomanes ne devaient payer leur billet qu’à l’entrée, il n’a pas été nécessaire de les rembourser. Tous ont cependant été contactés dans les derniers jours, afin d’éviter que des gens ne se pointent devant une porte fermée. Le programme mettait à l’honneur le répertoire du compositeur Angelo Maria Fiorè, dont plusieurs pièces ont été tirées de l’oubli grâce à Élinor H. Frey. Elle les a trouvées en Italie, prélude à l’enregistrement d’un album en 2017.

« Le fait que les quatre artistes vivent à Montréal et Québec, soit dans des régions soumises au code rouge, ne les empêchait pas de venir travailler chez nous. Le problème est que ça devenait compliqué en ce qui touche la logistique. Pour l’hébergement, par exemple, il aurait fallu dénicher un lieu où ils auraient été isolés de la population », fait remarquer Sylvie Brassard.

En revanche, le deuxième rendez-vous de la saison demeure à l’affiche, quoique dans un format différent. Jean-Michel Dubé et Rosemarie Duval-Lapointe, sa conjointe, joueront du piano à quatre mains le 8 novembre, mais une seule fois, au lieu de deux. Puisqu’ils résident au Saguenay, leur présence à Lac-Kénogami ne crée aucune difficulté, ce qui leur permettra d’interpréter des oeuvres de Brahms, Barber, Schubert, Mozart, Gershwin, Poulenc et Debussy, à compter de 14 h.