Dider et David Gaudreault ont acquis l'ancienne coop de Petit-Saguenay, qu'ils ont complètement rénovée pour en faire un atelier-boutique.

Les Ateliers Bois de Fer s'installent à Petit-Saguenay

Quatre ans après la naissance des Ateliers Bois de Fer, l'entreprise demeure un secret bien gardé, préservé intact par l'intimité des bucoliques vallons de Petit-Saguenay. Ce n'est cependant qu'une question de temps avant que les créations de la compagnie fondée par Didier et David Gaudreault, spécialisée dans la fabrication de tables et de bancs en bois massif, deviennent légion.
L'acquisition de la coop a représenté un jalon important pour les fondateurs des Ateliers Bois de Fer.
C'est du moins ce que souhaitent Didier, l'ébéniste, et David, le forgeron, qui travaillent très fort pour faire connaître la marque et faire tomber les barrières. Autrefois établis dans le rang Saint-Louis, ils ont récemment acquis l'ancienne coop de Petit-Saguenay, sur la route régionale, pour en faire un atelier-boutique. Fils du village, les cousins sont bien fiers de dire qu'ils forment la quatrième génération de leur famille à travailler et à vivre dans la localité de 650 âmes, sise entre L'Anse-Saint-Jean et Sagard.
C'est d'ailleurs en ses terres natales que le duo a trouvé l'inspiration qu'il lui fallait pour créer des pièces uniques, qui évoquent à la fois la rusticité de la campagne et l'urbanité de la ville. Les habiletés de l'un, mariées aux talents de l'autre, forment la genèse d'un maillage fabuleux. C'est l'union de deux matériaux nobles et polyvalents, le bois et le fer, pour en faire des meubles qui ont de la gueule et qui évoquent, chacun à sa manière, le terroir saguenois. Aux planches planées, sablées, collées et vernies par Didier s'ajoutent les ornements métalliques forgés à la main par David, la plupart du temps des volutes aux rondeurs chaleureuses.
« Je suis assez classique. J'aime le style plus européen. J'aime quand l'objet a une valeur qui n'est pas seulement monétaire et que tu peux voir qu'il y a tout un travail d'artisan derrière ça », relève David Gaudreault, l'un des rares passionnés de la forge en région. S'il confesse son penchant pour les enroulements en spirale, David crée aussi des pièces plus angulaires pour un look s'apparentant davantage au style contemporain.
Valoriser la ressource locale
L'acquisition de la coop a représenté un jalon important pour les fondateurs des Ateliers Bois de Fer. Les artisans entrepreneurs auraient bien aimé poursuivre leurs activités sur les terres ancestrales, mais ils se sont vite rendu compte de l'importance de bénéficier d'une vitrine pour leurs produits. Le fait de séparer l'atelier de leur lieu de résidence donnait aussi un caractère plus officiel à l'entreprise, en plus de propulser Les Ateliers Bois de Fer en plein dans le trafic touristique. Les deux propriétaires se retroussent donc les manches en vue de la période estivale qui s'annonce et entendent profiter de la manne.
La restauration complète de l'ancienne épicerie, cédée aux artisans à un prix dérisoire par la municipalité, à condition qu'ils en fassent quelque chose d'exceptionnel, représente pour eux de l'argent en banque. Car en descendant la pente qui mène à l'entrée du village, les automobilistes qui circulent sur la route 170 en provenance de Saguenay ne pourront faire fi de l'immeuble tape à l'oeil. Le revêtement extérieur, un brin défraîchi, a été arraché, pour faire place aux charmes du bois. Les rénovations intérieures ont laissé, dans leur sillage, une agréable odeur ligneuse. Reste maintenant à hisser une enseigne devant le commerce en guise de touche finale.
« On aurait pu mettre du clabord partout, mais on voulait être constants dans notre démarche. La valorisation de la ressource locale, principalement l'érable et le merisier, c'est à la base de notre concept et c'est une valeur qu'on veut projeter », signale David Gaudreault.
« On le fait par amour de la place »
Le choix de faire des affaires dans une localité située en marge des grands centres comporte son lot de défis. Les jeunes entrepreneurs en sont bien conscients et c'est pourquoi, dans la foulée des 200 000 $ investis pour la restauration de la coop, Didier et David travaillent à faire connaître leur gamme de produits et à les rendre disponibles pour achat en ligne.
« Ce serait facile d'aller vendre nos meubles en ville. On le fait ici par amour de la place. On s'approvisionne entièrement chez des producteurs de bois locaux et on est 100 pour cent autonomes. Au début, les bûcherons ne croyaient pas à ça, mais maintenant, ils sont fiers quand ils reconnaissent leurs billes dans une de nos tables », raconte Didier Gaudreault.
Son cousin, David, espère que l'entreprise servira de bougie d'allumage pour les jeunes de Petit-Saguenay qui ont à coeur la vitalité de leur milieu.
« On espère que ça va réveiller des gens et qu'on va arrêter de dire qu'il n'y a pas d'avenir ici. La fierté d'un village, c'est important et ça peut contribuer à contrer l'exode des jeunes. Si on peut jouer un rôle là-dedans, tant mieux », enchaîne David, qui peaufine son art en forge ornementale depuis maintenant neuf ans.
Mode
La mode est aux tables de bois massives à l'aspect champêtre, lesquelles s'agencent agréablement à n'importe quel type de décor. Les artisans des Ateliers Bois de Fer veulent surfer sur cette vague qu'ils croient là pour rester. Les cousins Gaudreault doivent toutefois apprendre à s'exporter, comme ils le disent eux-mêmes. Bientôt, il sera possible pour les clients des quatre coins du Québec de se procurer des tables et des bancs fabriqués à Petit-Saguenay par le truchement de la toile. Six modèles de tables seront bientôt disponibles pour commande sur Internet. Les prix varient entre 1500 $ et 3500 $ selon la taille, l'épaisseur du plateau et le fini.