Voici les musiciens de la région qui, l’an dernier, ont participé à la finale canadienne du Concours de musique du Canada. Il s’agit des guitaristes Rémi Côté et Nicolas Plourde, du corniste Lucas Lopez, ainsi que des chanteurs Marc-André Houde et Tania Côté. Tous, sauf cette dernière, se produiront le 6 février, à 19h 30, à l’occasion d’un concert tenu au Conservatoire de musique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cette activité fait partie de la programmation des Jeudis du Conservatoire.

Les 60 ans du Concours de musique du Canada

Deux événements, un concert et une activité-bénéfice marqueront le 60e anniversaire de l’enracinement du Concours de musique du Canada au Saguenay–Lac-Saint-Jean. C’est en 1960, en effet, que la section régionale a été créée, à une époque où la compétition, fondée deux ans plus tôt, s’appelait encore le Festival national de musique.

Très tôt, des interprètes de chez nous se sont fait remarquer, que ce soit à l’échelle du Québec ou du Canada. L’un d’eux fut Jean Gaudreault, alors âgé de 9 ans. Le chef d’orchestre Wilfrid Pelletier fut si impressionné par sa performance qu’il a réclamé davantage de soutien pour les jeunes musiciens. Un début de réponse est venu à la fin des années 1960, lorsqu’un conservatoire a ouvert ses portes à Chicoutimi.

« Au cours des premières éditions, notre région a été représentée par plusieurs chorales. Il y avait aussi plein de musiciens formés par les religieuses ou dans le privé », fait observer Christine Chabot, présidente de la section Saguenay–Lac-Saint-Jean depuis 2009.

Au total, près de 2000 personnes ont tenté leur chance, parmi lesquelles on remarque plusieurs piliers de la scène musicale. Pensons, entre autres, à Jacinthe Couture (piano), Renée-Paule Gauthier (violon) et Marie-Ève Munger (chant).

Cette tradition d’excellence s’est perpétuée lors de l’édition 2019 du Concours de musique du Canada. Cinq artistes ont franchi avec succès l’étape de l’audition nationale tenue à Chicoutimi, ce qui leur a permis d’accéder à la finale canadienne, qui a eu lieu à Calgary. Il s’agit de Lucas Lopez (cor), Tania Côté (chant) et Marc-André Houle (chant), ainsi que du duo de guitaristes constitué de Nicolas Plourde et Rémi Côté.

Lauréate du Concours de musique du Canada en 2004, Joëlle Saint-Pierre présentera un concert le 15 mars, à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi. Il couronnera l’activité-bénéfice annuelle tenue par la section Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Tous, sauf Tania Côté, retenue à l’extérieur, se produiront le 6 février, à 19 h 30, au Conservatoire de musique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ils donneront un concert dans le cadre des Jeudis du Conservatoire, à l’invitation de la directrice générale Louise Bouchard. « Ça témoigne de la grande collaboration entre le conservatoire et le concours », affirme Christine Chabot. Tous sont invités à assister à cet événement dont l’entrée est gratuite.


« C’est important parce qu’elles représentent l’élite des musiciens. La participation au concours constitue une étape de leur cheminement. »
Christine Chabot

Joëlle Saint-Pierre en solo

Le deuxième rendez-vous, une activité-bénéfice, se déroulera le 15 mars, à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi. Un déjeuner sera servi à compter de 9 h 30, tandis qu’à 10 h 30, une lauréate de l’édition 2004, à l’échelle du Canada, donnera un concert en solo.

Il s’agit de Joëlle Saint-Pierre, qui interprétera ses compositions en alternant entre le vibraphone et le piano.

« Puisqu’elle est devenue auteure, compositrice et interprète dans les dernières années, ce qui a mené à la création de deux albums, nous dérogerons à nos habitudes, qui consistent à présenter un programme classique dans le contexte de cette activité. Ce sera bien de la revoir dans la région et je précise qu’il s’agit vraiment d’un concert. Ce ne sera pas de la musique d’ambiance », mentionne la présidente régionale.

Les billets donnant accès à cet événement sont offerts au coût de 30 $ l’unité. Pour réserver, on téléphone au 418 290-3767. Le comité organisateur s’attend à accueillir 300 personnes, ce qui se situerait dans la bonne moyenne. Les revenus tirés de ce rendez-vous annuel seront ajoutés aux commandites accordées par les entreprises. C’est ainsi que le Concours de musique du Canada, volet Saguenay–Lac-Saint-Jean, pourra se rendre jusqu’à sa 61e année.

« Nous avons besoin de cet argent pour faire venir les juges dans la région. En même temps, nous absorbons une partie des frais d’inscription et nous aidons les personnes invitées à la finale canadienne à assumer le coût du transport. C’est important parce qu’elles représentent l’élite des musiciens. La participation au concours constitue une étape de leur cheminement », énonce Christine Chabot.