Les Gouroux effectueront une apparition au Lobe, dans la soirée du 19 janvier. Ils auront pour mandat d’animer la Fête de l’art en présentant leurs compositions un brin décalées.

Les 25 ans du LOBE: un événement « grossi »

Le LOBE a profité de son 25e anniversaire pour enrichir la programmation de la Fête de l’art. Au lieu de débuter en soirée, les activités, qui seront présentées le 19 janvier, couvriront l’essentiel de la journée, tout mobilisant les organismes regroupés à la même adresse, soit au 114, rue Bossé, à Chicoutimi. Accessibles gratuitement, elles comprendront une table ronde, des performances, une visite des ateliers, un vernissage et, bien sûr, quelques spectacles.

« Puisque cette édition coïncidait avec les 25 ans, nous avons souhaité grossir l’événement et nouer des partenariats avec nos voisins, ainsi qu’avec La Théière à l’envers. Cela s’inscrit dans une volonté de montrer que le LOBE traverse une phase de renouvellement, pour marquer le coup », fait observer Justine Valtier, directrice générale par intérim.

Le premier rendez-vous est prévu pour 13 h 20, alors qu’une table ronde réunira les huit personnes qui, du 11 au 13 janvier, ont participé à une activité baptisée le Huis clos. La différence est que leurs échanges, qui dureront de 60 à 90 minutes, se dérouleront sous l’oeil du public, à l’intérieur de la galerie d’art. Suivra une projection offerte par Regard sur le court métrage au Saguenay, à 15 h, puis des performances livrées par Marion Lessard, Étienne Baillargeon et Patrice Duchesne.

Joël Martel sera aussi de la partie.

C’est à 17 h 45 que le décloisonnement évoqué tantôt atteindra sa pleine dimension. Les artistes occupant des espaces de travail chez Touttout ouvriront en effet leurs portes. Il sera possible de découvrir les projets qui les animent avant d’assister au vernissage de Red Room, l’exposition de Jessyca Allicie destinée à l’espace Plate-forme. Le temps de déguster une soupe servie par La Théière à l’envers et les participants, qu’on souhaite nombreux, migreront dans la salle d’exposition du Lobe.

Dans cet espace capable d’accommoder 150 personnes, le volet festif de la journée s’ouvrira sur des performances d’Étienne Boulanger et Julie Andrée T. Viendra ensuite la partie musicale, les premiers à se lancer étant Les Gouroux. « C’était une sorte de fantasme. Nous voulions présenter une programmation décalée, ce que reflète ce groupe dont l’un des membres est un lutteur », indique Justine Valtier.

Simon Lacoste, Constantin Monfillette et Pascal Beaulieu forment La Costa Boca.

Une autre priorité consistait à recruter des artistes d’ici, d’où la présence de Joël Martel et des Pépites d’or au mitan de la soirée. Puis, ce sera au tour d’une formation intrigante, La Costa Boca, d’étirer le party jusqu’aux petites heures. Issue du Centre d’expérimentation musicale, elle réunit Simon Lacoste, Constantin Monfillette et Pascal Beaulieu.

« Ils font de la musique électro à laquelle sont maillées des projections. Ce sera dansant. Et à la fin, les trois groupes partageront la scène », annonce Justine Valtier.