L’École nationale d’apprentissage par la marionnette veut faire de Saguenay la Capitale provinciale des théâtres de marionnettes.

L’ENAM a des projets

L’École nationale d’apprentissage par la marionnette (ÉNAM) a de grands projets pour Saguenay. Elle veut miser sur l’effervescence du milieu théâtral dans la ville pour créer la Capitale provinciale des théâtres de marionnettes.

Que ce soit grâce au Festival international des arts de la marionnette, au travail de l’artiste Vicky Côté ou encore de celui de La Tortue noire, Saguenay se démarque par la présence de nombreux gens de théâtre qui mettent les arts de la marionnette à l’avant-plan. L’ENAM soumet donc l’idée de faire de la ville une capitale des arts de la marionnette, pour augmenter les retombées économiques et touristiques liées au théâtre dans la région.

Plein de projets
Lors d’une conférence de presse tenue lundi, le directeur général et artistique de l’ÉNAM, Richard Bouchard, a fait le résumé des projets que son école compte réaliser et des défis qui se présentent à elle. Un des défis majeurs est de trouver un autre toit pour son école.

« L’ENAM a déménagé à sept reprises en 28 ans. Que ce soit par l’achat ou la location, d’ici deux ans, on souhaite trouver un lieu stable et adéquat pour réaliser toutes les activités de son Centre intégré en santé mentale auprès de sa clientèle adulte ayant des difficultés en santé mentale », fait valoir M. Bouchard ajoutant que de trouver du financement récurrent est toujours un défi qu’il faut relever, année après année.

L’ÉNAM montera deux nouveaux spectacles dans les deux prochaines années : un premier spectacle-bénéfice en 2018-2019, et un autre en 2020 en vue de souligner son trentième anniversaire d’existence et le quarantième anniversaire de vie professionnelle de Richard Bouchard.