La pièce L’écrit du corps a reçu deux prix à l’occasion du Festival international de théâtre de Mont-Laurier. Elle a été créée par le Théâtre de la Valise Animée, en collaboration avec le collectif Arts Corps.

L’écrit du corps primé deux fois

Décidément, le Festival international de théâtre de Mont-Laurier sourit aux compagnies du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Au même titre que le Théâtre CRI, récompensé pour sa création intitulée Et si on avait la vie devant soi, le Théâtre de la Valise Animée et ses partenaires du collectif Arts Corps ont décroché deux prix la semaine dernière, lors du gala qui a couronné la 9e édition.

À sa première participation, le groupe basé à Roberval avait proposé une pièce originale, L’écrit du corps. Montée par Réjean Gauthier, interprétée par sept comédiennes, elle évoque la transformation du corps avec l’âge. Le propos passe par des mouvements s’apparentant à des chorégraphies, ainsi qu’un collage de textes écrits, entre autres, par Lise Ouellet Brumat et Michel Marc Bouchard.

« Nous avons décroché le prix de la Meilleure scénographie et le Coup de coeur du public, a confirmé Réjean Gauthier au cours d’une entrevue accordée au Quotidien. Nous sommes contents et en même temps, nous avons été surpris parce que notre seul objectif en allant à Mont-Laurier était de vivre une semaine de théâtre. C’était déjà satisfaisant de faire partie des 25 troupes sélectionnées, puisque 80 demandes avaient été soumises au comité organisateur. »

Ayant vu plusieurs des productions proposées lors du festival, lui et ses camarades savaient que la barre était haute. Néanmoins, L’écrit du corps a suscité un réel engouement à la suite de la représentation donnée le 8 septembre. Il faut dire que l’équipe avait pris ses aplombs. Avant de partir pour les Laurentides, elle a joué la pièce en août, à la salle Lionel-Villeneuve de Roberval. La création, elle, remontait à novembre 2018.

« C’est une ode à la femme plus âgée. On y parle du temps qui passe et des changements qui affectent le corps. Pour préparer le groupe, on avait tenu des séances de yoga, en plus de participer à un atelier animé par Pol Pelletier. Cette démarche s’est étalée sur deux ans. C’est ainsi qu’est née la première production de La Valise Animée. Au cours des 11 années précédentes, notre compagnie se concentrait sur la tenue d’ateliers destinés aux étudiants, ainsi qu’aux adultes. »

L’accueil réservé à la pièce, à Mont-Laurier, s’est traduit par des offres émanant de diffuseurs provenant de l’extérieur du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il se pourrait donc que le spectacle connaisse une nouvelle vie, laisse entrevoir Réjean Gauthier. « Ça nous a donné une grande vitrine et c’est pourquoi nous devrons nous réunir prochainement, afin de déterminer quel sera l’avenir de L’écrit du corps. Moi, j’aimerais qu’il y ait une suite », confie-t-il.

Le Théâtre Mic-Mac

Une autre compagnie de Roberval s’est illustrée à l’occasion du festival, le Théâtre Mic-Mac. Récompensée plusieurs fois dans le cadre de cet événement, notamment avec Albertine en cinq temps et Les manuscrits du Déluge, elle y a présenté Une mort accidentelle la semaine dernière, une pièce écrite par François Archambault. Signe que cette production a été appréciée, trois mises en nomination en ont découlé, toutes centrées sur le travail des comédiens Ursule Garneau, Stéphane Doré et Étienne Genest.