Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing de Diffusion Saguenay, ainsi que Maxime Desrosiers, membre du groupe Mordicus, enseignant et initiateur du projet l’École du rock, invitent la population à assister au spectacle créé par les enfants de l’École du rock, le 15 mai prochain, au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

L’École du rock prête pour son spectacle

Danse, musique, chant, théâtre, sonorisation, journalisme, coiffure, maquillage, publicité... Les élèves de l’école Le Roseau de Chicoutimi-Nord ont acquis une foule de nouvelles compétences, au cours des dernières semaines. Ils sont maintenant prêts à partager leur savoir avec le public dans le cadre du spectacle de l’École du rock présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie le 15 mai prochain. Une occasion à saisir pour la population de découvrir le fruit de leur labeur et d’encourager la poursuite du projet-école.

D’ici quelques jours, les quelque 150 enfants qui fréquentent l’école Le Roseau monteront sur les planches du Théâtre du Palais municipal de La Baie afin de mettre à profit ce qu’ils ont appris au cours des 14 dernières semaines.

« Le spectacle, c’est l’objectif, mais ce qui est le plus important, c’est les compétences acquises pendant les ateliers », souligne Maxime Desrosiers, professeur d’anglais, chanteur du groupe Mordicus et initiateur du projet l’École du rock.

Depuis janvier, un après-midi par semaine, Le Roseau se transforme en École du rock. L’horaire est suspendu et la cloche habituelle est remplacée par un air rock. Les enfants ont alors droit à des ateliers qu’ils ont choisis selon leurs intérêts en vue de créer un grand spectacle présenté devant public.

« C’est beau de voir les jeunes, ça donne une couleur à leur école. Ça nous procure aussi une nouvelle façon de les stimuler. Au primaire, la magie est facile à transmettre. Le projet a beaucoup d’effets bénéfiques. Des jeunes se sont découvert des passions. On a pu permettre à des enfants d’avoir des responsabilités et ça les valorise », explique Maxime Desrosiers, qui souligne l’implication de toute l’équipe-école. « Sans une équipe impliquée, ce projet ne peut pas exister. »

Tous les élèves de l’école ont mis la main à la pâte afin de présenter le grand spectacle. Entourés du personnel de l’école et de partenaires, ils s’occupent des affiches, de l’accueil, du maquillage, de la coiffure et de l’animation, en plus d’offrir des prestations.

« Tous les jeunes participent au spectacle. Même ceux qui sont en arrière-scène vont monter sur les planches », assure celui que les élèves appellent Mister Max. La scène finale d’un vidéoclip de Mordicus dans lequel des enfants campent les musiciens sera d’ailleurs tournée avec la foule.

En plus d’être un accomplissement, le spectacle représente une façon d’assurer la pérennité du projet. L’École du rock bénéficie d’une aide financière des Caisses Desjardins. L’école doit toutefois également investir des sommes. C’est pourquoi le soutien des parents et de la population est essentiel afin d’assurer la pérennité du projet.

« Il faut percevoir le spectacle comme une activité qui va permettre que ça revienne. On a de beaux partenariats, mais si les parents n’investissent pas un peu de leurs poches, ça va être difficile. Ce n’est pas grand-chose quand on voit à quel point les enfants peuvent grandir à travers le projet. »

Plusieurs partenaires ont collaboré avec l’école Le Roseau afin de concrétiser le projet, notamment Diffusion Saguenay.

« Arriver à mobiliser une école entière et à amener les enfants dans une salle, c’est tout un tour de force, assure Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing chez Diffusion Saguenay. On entend souvent parler de coupes. Voir une école prendre les choses en main, c’est vraiment beau. C’est un projet unique, très novateur. L’École du rock va pouvoir présenter son spectacle dans une salle d’envergure, la salle des rock stars », affirme-t-elle.

« On est encore capable de faire de belles choses. Il y a encore des gens motivés et des jeunes prêts à se dépasser », confirme Maxime Desrosiers qui compte amener le projet encore plus loin dès l’an prochain. « Il y a tellement de possibilités. Tout ce qui existe dans le monde du spectacle peut se faire avec des minis. »

Les billets pour le spectacle de l’École du rock sont en vente via le diffusionsaguenay.ca au coût de 20 $.

L’affiche du spectacle de l’École du rock a été conçue par les jeunes inscrits aux ateliers de promotion/publicité.