Zoo Baby est le projet solo de Xavier Dufour-Thériault, de Gazoline. Il lancera ce premier album le 21 février prochain.

Le visage doux-amer de Xavier Dufour-Thériault

Xavier Dufour-Thériault s’est toujours promené entre le pop et le rock. Celui que l’on connaît comme le chanteur du groupe Gazoline, lancera son premier album solo le 21 février, composé dans l’intimité des quatre murs de sa chambre et réalisé sous le pseudonyme de Zoo Baby.

Les dix pièces qui composent ce premier effort solo du Chicoutimien d’origine sont mélancoliques, et n’ayons pas peur du cliché, un peu plus matures. Il était important pour Xavier Dufour-Thériault de montrer un visage à la fois doux et un peu amer dans ce disque.

« Je n’aime pas ça pousser les choses. J’aime ça que les idées viennent d’elles-mêmes. C’est des chansons un peu mélancoliques, mais avec une espèce de distance un peu plus sobre. On sent de la résilience face à ce que j’aborde. Je peux parler de trucs lourds, comme de dépression. Mais à la fin, il y a toujours un peu de sérénité », explique-t-il, quelques jours avant la parution de Zoo Baby.

Bien que Xavier Dufour-Thériault porte la majeure partie de l’aspect créatif de l’album sur ses épaules, il ne l’a pas fait complètement seul. Il voulait cependant conserver une façon de travailler presque confidentielle dans l’enregistrement.

« De nos jours, c’est facile avec un ordinateur et une carte de son, d’accoter le son des grands studios, qui étaient impératifs à une certaine époque pour avoir un bon produit fini. Quand j’ai commencé à travailler sur ce projet, c’était dans ma chambre, et sans avoir de grandes ambitions. Pour garder l’intégrité et l’idée de départ, l’émotion, on a enregistré ça chez Julien Mineau [de Malajube], directement chez lui, pour que ça demeure intime. »

Cette collaboration avec Julien Mineau, qui fait toujours de la musique, mais qui est un peu plus dans l’ombre maintenant, a été fructueuse. Ensemble, ils ont été capables de sortir des sentiers battus.

« J’avais le goût de faire des chansons très pop, très efficaces. Des fois, c’est difficile de ne pas tomber dans des trucs qui ont seulement une dimension, peu de profondeur. Julien, c’est un tripeux de synthétiseur, de mix, d’enregistrement. Il s’est attardé où moi j’aurais peut-être tourné les coins ronds », estime Dufour-Thériault.

Le produit fini reste plus léger que ce que le chanteur propose habituellement. La musique aérienne, souvent en contraste avec les thèmes abordés, a permis à Xavier Dufour-Thériault d’aller plus loin dans l’écriture et de se réinventer.

« Quand j’ai commencé à écrire des chansons rock pour Gazoline, j’ai fait le saut vite. Les gens s’attardent aux paroles. Ça fait longtemps que je me casse la tête pour essayer de dire des choses qui ont du sens. Avec Zoo Baby, je me suis donné plus de liberté. Pas parce que c’était plus pop, mais par exercice de style. »

Xavier Dufour-Thériault prend une pause de Gazoline pour présenter les pièces de Zoo Baby.

+

UN HOMMAGE AUX HÉROS DU ROCK

Xavier Dufour-Thériault laissera son album vivre quelques semaines avant de faire un lancement officiel à Montréal, le 10 mars. Aucune autre date de spectacle n’est à l’horaire.

« Il y a tellement de bonne musique qui sort tout le temps. Je voulais laisser le temps aux gens de l’écouter, et après ça, cet été, je vais me promener avec et le présenter à tout le monde. »

Mais Xavier Dufour-Thériault veut que les prestations de Zoo Baby demeurent rares. « Je veux que les spectacles soient des événements un peu plus exclusifs ».

Sur scène, le produit sera plus rock que sur l’album. L’auteur-compositeur-interprète y montrera une autre facette de sa personnalité. « Je vais me laisser beaucoup de liberté pour danser, avoir du fun. J’amène toute la dimension de guitare, que je n’avais pas avec Gazoline. Je pogne la guitare comme mes héros. J’ai un trip de Prince, d’Éric Clapton, de Jimmy Hendrix. Je veux évoquer ce genre de guitar heros-là, des années 70-80 », indique-t-il.

Après, il compte retourner aux planches à dessin et faire de la nouvelle musique pour Gazoline, dont le dernier album complet est sorti en 2016.

« Ce n’est pas motivant de partir faire des shows quand on n’a pas de nouvelle musique. C’est un cycle qui vient naturellement. J’ai des nouvelles chansons que j’ai envie de montrer aux gens et quand je vais être tanné de les chanter, probablement que je vais avoir un Gazoline mûr pour et qu’on va repartir faire de la musique. »