Si vous souhaitez découvrir une autre facette du monde de la santé, son côté un peu givré, demeurez à l’affût. La pièce <em>Sortie de secours</em>, du Théâtre À Bout Portant, sera jouée une vingtaine de fois au Saguenay, du 17 au 25 juillet.
Si vous souhaitez découvrir une autre facette du monde de la santé, son côté un peu givré, demeurez à l’affût. La pièce <em>Sortie de secours</em>, du Théâtre À Bout Portant, sera jouée une vingtaine de fois au Saguenay, du 17 au 25 juillet.

Le troisième été de Sortie de secours

La dernière fois que Vicky Côté a joué au théâtre, c’était en mars, à Paris. Elle faisait partie de la distribution de la pièce Ogre, une coproduction du Théâtre de la Tortue Noire et du Théâtre La Rubrique. Depuis ce temps, il y a eu le confinement, puis un léger adoucissement des mesures sanitaires. Rien pour écrire à sa mère, mais juste assez pour que la comédienne puisse reprendre du service avec la comédie Sortie de secours.

Ce spectacle accessible gratuitement a été créé par le Théâtre À Bout Portant, il y a deux ans. Présenté dehors, puisque la présence d’une ambulance est requise, il consiste en une série d’interventions effectuées par deux individus aux méthodes peu orthodoxes (l’autre est incarné par Bruno Paradis). Quant aux patients, ils sont personnifiés par cinq marionnettes qui n’ont pas vu la couleur du jour depuis les représentations données en septembre, dans la ville française de Charleville-Mézières.

«Il est rare que je reste aussi longtemps sans jouer, ni même répéter. Moi et Bruno, nous avons hâte de rencontrer le public et de rigoler avec lui. Nous amorçons notre troisième été avec Sortie de secours et compte tenu du contexte, nous avons décidé de le faire dans la région, devant ceux qui ont été les premiers à nous appuyer. La pièce n’a pas été modifiée, si ce n’est que nous porterons des visières en plus de nos masques. Nous ferons aussi allusion à la situation», a raconté Vicky Côté lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

50 personnes maximum

La nouvelle série de représentations aura lieu du 17 au 25 juillet, grâce à l’appui accordé par le député provincial de Dubuc, François Tremblay, ainsi que les différentes associations desservant les centres-villes de Saguenay. Bien que l’horaire ne soit pas coulé dans le béton, la compagnie sera présente les 18, 24 et 25 juillet à La Baie, de même que le 19 et le 25 juillet à Jonquière et Chicoutimi. Des sorties sont aussi prévues dans les localités environnantes.

«Comme nous ne pouvons accueillir plus de 50 personnes à la fois, nous annoncerons notre visite au début de chaque journée, par l’entremise de la page Facebook du Théâtre À Bout Portant. Nous avons également ajouté une personne à la distribution, Christine Rivest-Hénault. Tout en jouant le rôle d’une stagiaire, un nouveau personnage, elle s’assurera que le public respecte les normes», révèle Vicky Côté.

Une autre innovation tient au concours organisé en marge de la tournée. Les personnes intéressées à accueillir Sortie de secours chez elles, en compagnie de deux autres familles, avaient jusqu’au 15 juillet pour s’inscrire. «Ce sera agréable de jouer dans un autre contexte, alors que nous débarquerons chez les gens», anticipe la comédienne. Elle ajoute que les voisins n’auront aucune raison de s’alarmer, puisque l’ambulance est clairement identifiée à la compagnie.

Production reportée

Pandémie ou pas, il est clair que Sortie de secours serait sorti cet été. Par contre, la crise a entraîné le report d’une nouvelle production, l’une des plus ambitieuses jamais créées par Vicky Côté. Il s’agit de La migration des peuples, dont la première devait avoir lieu au printemps, à la Salle Murdock de Chicoutimi. Cinq comédiens font partie de la distribution et jusqu’à nouvel ordre, c’est à l’automne qu’ils iront à la rencontre du public.

«Nous attendons toutefois les consignes des autorités, notamment en ce qui touche la distanciation sur scène. Si les interprètes doivent se tenir à deux mètres, ça ne pourra pas fonctionner. S’ils sont obligés de porter des masques, alors que ce n’est pas le sujet de la pièce, ce sera aussi un problème. Ce qui est sûr, cependant, c’est qu’un jour, ce spectacle aura lieu», affirme Vicky Côté.

Elle envisage également le retour d’une autre création, Strict minimum, dont l’un des avantages est qu’il s’agit d’un solo. «Je l’ai jouée l’automne dernier, en France et à Barcelone. Si la situation perdure jusqu’à l’hiver, je pourrais la ressortir», avance la comédienne. Elle a aussi profité de la pause pour effectuer du travail de fond, pour reprendre son expression. Ce fut l’occasion de mettre des idées en place, lesquelles pourraient constituer la base de nouvelles productions.