Peter MacLeod présentera pour une dernière fois le spectacle Libre, le 2 novembre, au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Cet événement sera précédé par un tailgate tenu dans le stationnement, un événement qui débutera au cours de l’après-midi.

Le tailgate de Peter MacLeod

La tradition du tailgate est associée au monde du sport, en particulier au football, où il est coutumier de faire un barbecue sur le stationnement des stades, quelques heures avant un match. Plus rares sont les occasions de sacrifier à ce rituel dans le contexte d’un spectacle, d’où l’originalité de la proposition émise par l’humoriste Peter MacLeod.

Pour clore la tournée Libre, la cinquième de sa carrière, il avait le goût de vivre une expérience hors de l’ordinaire, en compagnie de ses fans. L’idée du tailgate s’est vite imposée à son organisation en raison de la convivialité du concept. Il restait à déterminer le lieu où ça se produirait et après avoir envisagé trois options plus sérieusement, c’est le Théâtre du Palais municipal de La Baie qui a été retenu.

« C’est une aventure. La première fois que je fais ça. On va s’improviser un party avec l’idée de s’amuser sans se casser la tête et on a choisi le Saguenay parce que les gens ressemblent à ceux de la Beauce, la région d’où je viens. Ce sont de bons vivants et c’est ce que ça prend pour embarquer dans une affaire de même », a raconté Peter MacLeod, à la faveur d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Les fans sont invités à s’installer dans l’après-midi, le 2 novembre. En attendant d’assister au spectacle qui aura lieu à 19h, ils pourront célébrer en compagnie de l’humoriste et d’invités. Il y aura de la musique, beaucoup de selfies et de la bonne humeur, toutes des choses que captera une équipe de tournage. Il est question de produire une émission de télévision, en effet, ce qui ajoute du piquant à l’affaire.

« Je ne suis pas du genre à faire des bains de foule, mais là, on va se promener à travers le monde. On va faire des entrevues. On va déconner, puis on entrera dans la salle pour présenter la dernière du spectacle, avec Dominic Paquet en première partie. Il y en a qui finissent leur tournée au Centre Bell, mais moi, je suis un gars de région. C’est donc en région que ça va se passer », annonce Peter MacLeod.

Un projet de film

Étalée sur trois ans, la tournée Libre a donné lieu à plus de 300 représentations, la dernière ayant eu lieu au printemps. À une autre époque, le nombre de sorties aurait été plus élevé, mais il faut composer avec un agenda plus rempli qu’avant. Il y a l’émission de radio Le clan MacLeod, diffusée à CKOI, ainsi que la série télévisée Week-end de bois, dont la cinquième saison est tournée ces temps-ci. Et on ne parle pas des spectacles corporatifs.

« La vie va tellement vite. C’est une autre des raisons qui m’ont incité à célébrer la fin de la tournée. Je voulais prendre le temps de le faire pour éviter que ça devienne une chose parmi d’autres. En plus, je suis content parce qu’on s’enligne pour avoir une bonne salle », fait observer l’humoriste, dont le projet bénéficie de l’appui de Diffusion Saguenay.

Pour l’heure, il ne peut confirmer s’il y aura un sixième one-man-show, puisque le travail d’écriture n’est pas commencé. D’autres priorités retiennent son attention dans l’horizon immédiat, dont un projet de long métrage fondé sur un scénario écrit il y a quelques années. Une boîte de production se montre intéressée, mais il faudra franchir bien des étapes avant que cette histoire aboutisse sur les écrans.

En parallèle, enfin, il y a le livre L’homme de ma vie, sorti plus tôt cette année. Fruit d’une réflexion nourrie par la relation avec son père, dont la résonnance négative s’est perpétuée longtemps après le décès de ce dernier, il a montré comment l’artiste s’est affranchi de ce boulet. « Ce que les gens ont exprimé, c’est juste de beaux commentaires. Ça les a bousculés. Ça les fait réfléchir. Moi-même, il m’arrive de le relire quand je sens que j’ai besoin d’un reset », lance Peter MacLeod d’un ton enjoué.