Joannie Hébert dans le feu de l’action lors de l’événement Jivefest de Montréal en 2015.

Le swing débarque à Saint-Félicien

Après Saguenay, c’est au tour de Saint-Félicien d’avoir son école de danse swing. Deux jeunes de la région, qui ont appris cette danse lorsqu’ils étaient aux études à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), ont fondé Swing-O-Lac.

Déjà, une quinzaine de personnes, âgées entre 20 et 55 ans, se sont inscrites à la session d’hiver dont le premier cours est prévu le 31 janvier. 

Les initiés, avec ou sans partenaire, pourront ainsi se familiariser avec le Rockabilly Jive, une danse électrisante issue des années 1950.

« Ce style de swing est tape-à-l’œil et impressionnant. Les gens viennent bons rapidement », assure la cofondatrice de l’école Swing-O-Lac, Joannie Hébert. 

La popularité du swing monte en flèche à Montréal, ce qui explique pourquoi les deux passionnés ont décidé d’amener ce style de danse au Lac-Saint-Jean. Joannie Hébert devait se rendre à Saguenay pour entretenir ses pas de danse. 

« La réponse est positive à date. La présence d’un cégep peut jouer en notre faveur. Certains étudiants se cherchent des activités à faire. C’est quand même assez cardio », exprime Joannie Hébert. 

La passionnée a fait de la compétition pendant environ cinq ans. Elle a aussi enseigné dans différentes écoles de danse, à Montréal et à Québec notamment.

Pour l’instant, l’école Swing-O-Lac n’est ni un organisme à but non lucratif ni une entreprise. Les responsables attendent d’avoir une meilleure idée de l’envolée de leur projet avant de décider de son avenir. 

Les cours auront lieu dans les locaux d’un centre d’entraînement du centre-ville de Saint-Félicien. Une soirée de lancement est prévue à la microbrasserie La Chouape le 27 janvier.