Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Maquette de l’installation L’INFINI créée à l’intérieur d’Arsenal
Maquette de l’installation L’INFINI créée à l’intérieur d’Arsenal

Le studio Felix & Paul offre l'exposition immersive L'Infini en première mondiale

Jessica Beauplat
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Oubliez la gravité et la notion du temps. Imaginez l'apesanteur, le vide sous vos pieds, la Terre à l'horizon : vous êtes bien à bord de la Station spatiale internationale.

Le studio montréalais de réalité virtuelle Felix & Paul, propose L'Infini en première mondiale dès juillet, «un voyage dans l'espace» en collaboration avec le Centre Phi, à l'heure même où plusieurs Québécois préfèrent faire l'impasse sur des vacances à l'étranger pour un deuxième été consécutif.

L'installation qui aura lieu à l'Arsenal, art contemporain à Montréal offrira aux visiteurs l'occasion de déambuler sur un parcours qui s'étend sur 12 500 pieds carrés pour voir la Terre à partir de l'espace et se promener à l'intérieur de la Station spatiale internationale (SSI).

L'idée principale du parcours immersif, a expliqué le réalisateur Félix Lajeunesse en conférence de presse lundi, est d'entraîner les gens dans le quotidien des astronautes, dont le Québécois David Saint-Jacques fait d'ailleurs partie.

«On veut faire vivre un voyage aux visiteurs comme s'ils y étaient», a aussi indiqué le copropriétaire du studio, et cette exposition interactive représente un bon «moyen de rendre le voyage spatial tangible» pour tous.

Dans les faits, peu de personnes peuvent se targuer d'avoir vécu une mission spatiale. Seulement 250 personnes sont montées à bord de la SSI depuis ses débuts il y a 20 ans, détaille le communiqué de l'événement.

Immersion dans l'espace

C'est après avoir vu des images du film «Space Explorers», première collaboration entre les Studios Felix & Paul et la NASA, que Phoebe Greenberg, fondatrice du Centre Phi, a eu envie de travailler avec le studio spécialisé en film 3D et 360 degrés pour monter une exposition pour le grand public.

C'est donc dans un grand espace situé dans un ancien chantier naval et pourvu de plafonds d'une hauteur de 6,40 mètres pour donner ce «sentiment de vertige» que vivent les astronautes que l'expérience de 60 minutes prendra place.

Si, au début, le studio envoyait ses directives à la NASA, qui les transmettait aux astronautes, ces derniers «se sont beaucoup attachés au projet» et se sont mis à proposer des idées pour le scénario, les angles de caméra, l'éclairage.

Ce qui a permis d'enrichir les séquences vidéo de moments intimes et de franche camaraderie, de témoignages personnels et d'anecdotes tantôt philosophiques, tantôt comique.

L'exposition est appelée à évoluer avec notamment des images à venir d'une sortie dans l'espace et des plans de la Terre en réalité virtuelle grâce à une caméra qui sera attachée au bras canadien de la SSI.

La visite avec le casque de réalité virtuelle ne se fera pas assis… mais « en apesanteur » !

Ces contenus seront intégrés à l'exposition itinérante, qui prendra ensuite le chemin de Houston au Texas. En tout, le Centre Phi prévoit présenter l'expérience immersive dans 12 villes nord-américaines pour les cinq prochaines années. Des discussions sont en cours pour exporter le projet en Europe.

Côté accueil du public, l'expérience d'art numérique pourra recevoir 10 nouvelles personnes toutes les cinq minutes, et jusqu'à 14 personnes pour la même période, quand les conditions sanitaires le permettront.

Lancés en prévente il y a 4 jours, 1000 billets ont déjà trouvé preneurs. L'exposition démarrera le 21 juillet et se poursuivra jusqu'au 7 novembre.

***

Cet article a été produit avec l'aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.