De gauche à droite, les auteurs Noémie Gauthier, Gérard Bouchard, Valérie Jessica Laporte et Michaël La Chance, la présidente du conseil d'administration du Salon du livre de Saguenay, Marjolaine Vézina, et la directrice générale de l'événement, Sylvie Marcoux.
De gauche à droite, les auteurs Noémie Gauthier, Gérard Bouchard, Valérie Jessica Laporte et Michaël La Chance, la présidente du conseil d'administration du Salon du livre de Saguenay, Marjolaine Vézina, et la directrice générale de l'événement, Sylvie Marcoux.

Le Salon du livre couronne ses récipiendaires

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
La COVID-19 a plus d’une fois modifié les plans de l’équipe du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, cette année, mais le coronavirus n’allait certainement pas empêcher l’attribution des Prix littéraires 2020. L’identité des récipiendaires de la 56e édition de l’événement a été dévoilée jeudi soir lors d’une cérémonie qui, même si elle était en plusieurs points différente de ses prédecesseures, partageait un même objectif: souligner la qualité des œuvres d’ici.

Six lauréats ont raflé les honneurs dans autant de catégories dans le cadre de l’événement qui se déroule en version virtuelle cette année. Il sera d’ailleurs possible de visionner une vidéo de la remise de prix via les médias sociaux de l’organisation au cours des prochains jours.

Les prix ont été remis à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière où les invités ont été rassemblés dans le respect des règles sanitaires. En plus de repartir avec les honneurs, chaque récipiendaire a mis la main sur une bourse de 1000$.

Noémie Gauthier a remporté le prix dans la catégorie Jeunesse. Terminal – tome 1. Insaisissable, publié chez Du Bouclier a séduit les membres du jury qui lui ont trouvé un potentiel énorme. «Bien ficelée, l’histoire emporte le lecteur dans un monde futuriste où la Terre a été envahie. Genre peu exploité en littérature jeunesse au Québec, la science-fiction est à l’honneur dans cette intrigue enlevante qui donne le goût de tourner les pages», a affirmé le jury dans ses commentaires.

<em>Terminal – tome 1</em>. Insaisissable de Noémie Gauthier a séduit les membres du jury, ce qui lui a permis de mettre la main sur le prix Jeunesse.

Le prix littéraire de la catégorie roman a été décerné à Paul Kawczak pour Ténèbre publié chez La Peuplade. Le travail de l’auteur a reçu les éloges du jury.

«Paul Kawczak éblouit avec ce roman-jungle touffu, voluptueux, à la prose absolument flamboyante. Ce texte intemporel au romantisme noir se démarque par son génie narratif : du grand art !»

Gérard Bouchard a mis la maison sur le Prix littéraire Intérêt général 2020 pour Les nations savent-elles encore rêver ? publié chez Boréal.

Gérard Bouchard a mis la main sur le Prix littéraire Intérêt général 2020 pour <em>Les nations savent-elles encore rêver ?</em> publié chez Boréal.

Le jury affirme qu’il s’agit d’une oeuvre qui perdurera. «Les nations savent-elles encore rêver ? de Gérard Bouchard traversera le temps, car c’est une œuvre extrêmement pertinente dans le contexte actuel pour appréhender le monde. L’écriture scientifique, d’une grande rigueur, est fondée sur des faits historiques et de nombreuses références qui en assurent la validité. »

Le prix littéraire Poésie/Théâtre 2020 a été remis à Michel Marc Bouchard pour La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, publié chez Léméac.

«Cette pièce à la mécanique bien huilée et à l’écriture parfaitement maîtrisée est clairement l’œuvre d’un dramaturge au sommet de son art», a commenté le jury.

Valérie Jessica Laporte a été sacrée Découverte avec son livre Méconnaissable publié chez Libre Expression.

Valérie Jessica Laporte a été sacrée Révélation grâce à <em>Méconnaissable</em>, un roman qui met en scène une jeune fille autiste.

«Grande révélation, ce premier roman de Valérie Jessica Laporte donne accès à une vision de la réalité divergente. Déstabilisant en raison de sa syntaxe inimitable, ce texte au talent indéniable permet d’entrer dans la tête d’une personne autiste. Indispensable, cette première œuvre aide les neurotypiques à capter qu’il existe d’autres points de vue.»

Le Salon du livre avait déjà révélé que le prix littéraire de la catégorie Récit, Contes et Nouvelles 2020 était attribué à Michaël La Chance pour L’épine empourprée publié chez Triptyque. L’auteur était le seul finaliste de la catégorie.

Michael La Chance a remporté le prix de la catégorie Récit, Contes et Nouvelles 2020 avec <em>L’épine empourprée </em>publié chez Triptyque.