Marc-André Fortin a tenu le rôle de juge dans le cadre des demi-finales du Festival de la chanson de Saint-Ambroise cette semaine, un concours auquel il a lui-même pris part à quelques reprises.

Le retour aux sources de Marc-André Fortin

Des concours, Marc-André Fortin en a fait beaucoup, ce qui a eu tout un impact sur sa carrière. L'artiste est au fait de l'importance d'offrir des occasions aux jeunes de se produire sur scène. Il a donc accepté avec plaisir le rôle de juge dans le cadre de la 26e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise.
Marc-André Fortin est familier avec le festival ambroisien. Il a participé au concours à quelques reprises et est reparti avec les honneurs dans la catégorie Interprètes 18 ans et plus en 2000.
Cette année, c'est à titre de juge des demi-finales qu'il y prend part. « Ça faisait au moins 10 ans que je n'avais pas mis les pieds ici. Ça me rappelle de beaux souvenirs, mais ça me donne aussi un drôle de ''feeling''. Je ressens une espèce de nervosité. Pour moi, la salle est associée à une période de stress et à de beaux souvenirs », a-t-il confié quelques minutes avant le début d'une des demi-finales.
« À ma première participation, j'avais remporté le prix du public. Ç'a été une belle expérience. Ç'a été significatif », souligne-t-il.
Cette fois, Marc-André Fortin a dû juger les jeunes qui se trouvent à l'endroit même où il était il y a quelques années. Un travail qu'il trouve ardu.
« Je trouve ça difficile. Ça demande une grande concentration. J'ai de la misère à être sévère. Ça demande aussi une ouverture d'esprit quand une chanson nous rejoint moins », affirme celui qui se fait un devoir d'offrir des commentaires constructifs aux participants. « Ça fait partie de l'expérience de recevoir des commentaires, mais il faut que ce soit constructif. Il faut pouvoir apprendre. »
Les concours ont eu beaucoup d'impact sur sa propre carrière. Il y a eu Star Académie, qu'il a remporté en 2005 bien sûr, mais c'est grâce à Opti-jeunesse en chanson, un concours qui se tenait au défunt Vio Rest-O-Rang qu'il a pu joindre à famille Québec Issime. « Caroline et Marie-Ève Riverin étaient là. C'était la première fois que je chantais devant des gens et j'avais remporté le prix du public. Elles sont venues me voir et m'ont demandé de passer une audition pour Québec Issime. Pour moi, Québec Issime, c'était gros ! L'année suivante, je chantais avec elles », se souvient-il.
« Avoir accès à une scène, c'est important. Qu'on gagne ou pas, ça permet de rejoindre les gens. Ç'a toujours un impact et on ne sait jamais qui est dans la salle », conclut-il.
Tous liés par le plaisir
Marc-André Fortin cumule les projets aux horizons divers. Une caractéristique les lie toutefois les uns aux autres : ils lui procurent beaucoup de plaisir.
« Aujourd'hui, je fais les choses par plaisir personnel d'abord », affirme Marc-André Fortin.
C'est sans doute ce qui explique que les projets auxquels il prend part sont aussi variés que nombreux.
Marc-André Fortin fait partie de l'équipe de Québec Issime qui aura présenté 22 spectacles de Cow-boys de Willie à Dolly à Sherbrooke au cours de la période estivale.
Il est aussi de la revue musicale American Story Show qui présente la société américaine des années 60 à 90 en chansons. Aux côtés de Kim Richardson et Rick Hughes, il offrira une quinzaine de représentations du spectacle d'ici Noël. « J'apprends beaucoup de ces artistes. Quand je chante à leurs côtés, je veux être là à 100 %. »
Au printemps, il a lancé un nouvel extrait, la reprise The Wind Beneath My Wings. « C'est la première fois que je présente une pièce en anglais. Je reçois de bons commentaires. J'ai eu une demande pour que ma chanson soit jouée dans une radio de Miami. Avec Internet, on ne sait jamais où une chanson va aller », s'étonne-t-il encore.
En septembre, il lancera une reprise, en français cette fois. « Je ne peux pas dire le titre, mais je peux dire que c'est une chanson de Daniel Lavoie. Je lance deux chansons pour commencer, mais il y en aura d'autres », promet-il. Le chanteur fait aussi toujours partie de Décembre, le spectacle de Québec Issime présenté à la Place des Arts de Montréal. « J'en suis à ma 10e saison », souligne-t-il. « J'aimerais un jour lancer un album de Noël, mais ce serait difficile de laisser Décembre », affirme celui qui alterne les prestations avec Bryan Audet.
Marc-André Fortin participe également à l'occasion à La caravane country de Laurence Jalbert. Un pur plaisir pour l'artiste. « Laurence Jalbert invite des artistes et j'ai le privilège d'en faire partie. Partager la scène avec elle, pour moi qui écoutais religieusement ses chansons à 12-13 ans, c'est incroyable. C'est une merveilleuse interprète. Je suis chanceux de faire ça. »