Un coup de sonde donné par Objectif Scène, après de 3449 personnes de la région, a permis d’établir que dans une proportion de 63%, elles étaient prêtes à acheter des billets de spectacles à partir du moment où le gouvernement du Québec rouvrira les lieux de diffusion.
Un coup de sonde donné par Objectif Scène, après de 3449 personnes de la région, a permis d’établir que dans une proportion de 63%, elles étaient prêtes à acheter des billets de spectacles à partir du moment où le gouvernement du Québec rouvrira les lieux de diffusion.

Le public a hâte de revenir dans les salles, selon un sondage

À défaut de connaître les vues du ministère de la Culture et des Communications du Québec au sujet de la reprise des activités dans leur secteur, les diffuseurs du Saguenay-Lac-Saint savent que le jour où les salles rouvriront, le public sera au rendez-vous.

C’est ce que révèle un coup de sonde mené par Objectif Scène, du 11 au 18 mai. Parmi les 3449 répondants, des gens qui, dans une proportion de 96%, ont vu un spectacle dans la dernière année, 63% sont disposés à acheter des billets de spectacles dès qu’on leur en offrira l’opportunité.

«Le pourcentage est le même, peu importe l’âge ou le sexe. Les résultats montrent qu’autant que nous, les gens ont hâte que les salles revivent. Ça donne de l’oxygène à nos membres, surtout que l’une des inconnues dans ce dossier, c’était la réaction du public», a commenté la directrice générale d’Objectif Scène, Julie Maltais, lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

Autre donnée significative, parmi les personnes qui ont acheté au moins trois billets dans la dernière année, le pourcentage passe de 63% à 73%. C’est d’autant plus important que cette frange de la clientèle est celle qui contribue le plus puissamment à la pérennité des activités culturelles, à l’exception évidemment des artistes.

Impressionnée par le nombre d’individus ayant participé au sondage, Julie Maltais tire une autre conclusion qui s’inscrit dans la foulée de la controverse agitant le milieu du théâtre, à l’échelle du Québec. Ceux qui recommandent avec insistance de privilégier les créations virtuelles ne parlent pas au nom du public, du moins, pas celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Ces données confirment que la rencontre avec les oeuvres et les créateurs est importante aux yeux des amateurs de spectacles. Trois personnes sur cinq ont très hâte de revenir dans les salles. Il faut dire que dans la région, le nombre de cas de contamination par la COVID est relativement faible», mentionne la directrice générale.

Elle croit que les résultats du sondage inciteront les 11 diffuseurs associés à Objectif Scène à poursuivre les préparatifs en vue de la réouverture des salles. «Désormais, on peut y travailler avec optimisme. L’intérêt exprimé par les gens ouvre la porte à des approches plus audacieuses», laisse entrevoir Julie Maltais.

Chaque semaine, les diffuseurs de la région tiennent des rencontres virtuelles à cette fin, ce qui est également le cas des organismes gravitant autour de la Bourse Rideau. Or, leurs échanges trouvent un écho auprès du Comité des arts de la scène et de la diffusion, un groupe chapeauté par le ministère.

«Nous avons participé à deux rencontres, jusqu’à maintenant. Entre autres choses, ça nous a permis d’identifier quels étaient les désirs et les besoins des diffuseurs dans une perspective régionale. J’ai moi-même parlé de la situation au Saguenay-Lac-Saint-Jean», rapporte Julie Maltais.