Des ossements trouvés au Saguenay ont été ajoutés à l’exposition originale.

Le meilleur des découvertes des 50 dernières années en archéologie à la Pulperie

La Pulperie de Chicoutimi fait la joie des passionnés d’histoire. L’exposition Fragments d’humanité - Archéologie du Québec retrace plus de 5000 ans de présence humaine dans la province, en effet, à travers les découvertes archéologiques des cinq dernières décennies.

Conçu par le musée Pointe-à-Callière en 2017, Fragments d’humanité - Archéologie du Québec est la première exposition d’envergure entièrement consacrée à l’archéologie québécoise. La sélection d’objets présentée par le musée régional se décline en quelque 200 pièces. Un bon nombre d’entre elles ont été montrées au grand public pour la première fois dans le cadre de cette exposition.

Fragments d’humanité - Archéologie du Québec, commence avec la vie au Québec avant l’arrivée des Européens.

Le Québec regorge de sites archéologiques, des récents comme des anciens qui datent de plusieurs milliers d’années. On en aurait exploré 10 000 au Québec, et environ 450 au Saguenay–Lac-Saint-Jean, selon les estimations de La Pulperie.

Cette sélection d’objets, souvent fragmentés, est l’occasion de revisiter l’histoire. Des outils que fabriquaient les membres des Premières Nations il y a des millénaires, au naufrage de l’Empress of Ireland, un navire qui a coulé à Pointe-au-Père, près de Rimouski, cette exposition itinérante montre le quotidien de nos ancêtres.

De nombreux vidéos expliquent la profession d’archéologue.

Elle est essentiellement divisée selon quelques thématiques. La première illustre la vie au Québec avant l’arrivée des Européens. Une seconde s’attarde au commerce entre ces derniers et les Autochtones. Une autre explique ce que l’on retrouve dans les nombreux cours d’eau d’ici.

Patrimoine québécois

Pour le responsable des communications de La Pulperie, Danny Cloutier, Fragments d’humanité - Archéologie du Québec, révèle différentes facettes de notre patrimoine.

Danny Cloutier, responsable des communications à La Pulperie.

« Les habitudes de vie des gens, des jeux, le commerce, la traite des fourrures. On en découvre beaucoup sur les loisirs et les passions du passé », explique-t-il.

Si la sélection est provinciale, un volet régional a été ajouté au projet. On y retrouve quelques découvertes qui ont été faites au Poste de traite de Chicoutimi, dont plusieurs proviennent des environs de la maison du commis.

Un présentoir montre d’ailleurs tous les ossements d’animaux reconstitués par les archéologues qui ont fait avec soins les fouilles du Poste de traite, situé à l’endroit où la rivière Chicoutimi se jette dans le Saguenay.

Profession archéologue

Parsemés dans les salles d’exposition de La Pulperie, des reportages expliquent en détail comment on a découvert les objets.

« Il y a plusieurs vidéos qui montrent comment on fait de la restauration d’objets. Des archéologues nous racontent comment ils ont fait des découvertes, autant terrestres que maritimes », explique Danny Cloutier.

L’exposition quittera les murs de La Pulperie le 13 septembre 2020.