Kristine Girard a utilisé les couleurs de Corno, mais elle en a modifié la densité.

Le legs de Corno à Kristine Girard

Il y a à peine six mois, l’artiste-peintre Kristine Girard recevait un legs important de Corno : des pinceaux, des pots de peinture et des canevas grands formats. Même si elle savait que le cadeau était d’une valeur inestimable, jamais elle n’aurait pu s’imaginer qu’il lui permettrait d’amorcer une nouvelle étape de sa vie d’artiste.

Kristine Girard aurait voulu collaborer avec Corno. La maladie puis le décès de la peintre ont empêché le projet de se concrétiser. En avril dernier, la famille de la peintre qui a mené une carrière internationale a décidé d’offrir du matériel de Corno à des artistes de sa ville natale. Kristine Girard est du nombre. L’artiste-peintre a reçu le cadeau avec bonheur et une volonté de se dépasser.

Douze toiles de Kristine Girard sont présentées dans le cadre d’une exposition hommage jusqu’au 20 octobre à la Galerie Corno située dans le Vieux-Montréal.

Quelques mois plus tard, elle peut clamer qu’elle a accompli sa mission. Kristine Girard expose 12 toiles de grands formats à la Galerie Corno du Vieux-Montréal jusqu’au 20 octobre. Des oeuvres qu’elle a créées en un court laps de temps et qui l’ont amenée ailleurs.

« À la mi-juin, j’ai téléphoné au directeur de la galerie Corno. Je lui ai montré ce que je faisais. Ça lui a plu. Line, la soeur de Corno, lui avait dit que j’avais reçu du matériel, mais elle ne voulait pas que la décision de m’exposer ou non soit influencée par ça. Ils ont beaucoup aimé mon travail. Après une rencontre où la connexion a été instantanée, le directeur m’a proposé d’exposer en octobre », raconte l’artiste.

Les toiles de Kristine Girard sont riches, fortes, colorées et remplies de lumière.

Le défi était de taille : créer 12 toiles de grands formats en quelques semaines. « J’ai hésité quelques secondes et j’ai compris que je devais donner une réponse immédiatement. »

Kristine Girard a décidé de se lancer. « Je me suis mise dans un état de création avec toute une hygiène de vie. Je me suis préparée comme si j’allais faire un marathon, avec un horaire et une alimentation équilibrée. J’ai instauré une grande discipline et ç’a vraiment bien été. »

La toile Herbes et fleurs sauvages est née d’une promenade de l’artiste dans le rang des Îles de Saint-Gédéon.

L’artiste s’est laissée porter par son inspiration et a choisi de rendre hommage à Corno en évoquant la féminité par les fleurs.

Elle a dû composer avec une certaine pression. « Je sais que je fonctionne bien avec de la pression, si je me donne les bons outils. »

Le bouquet de Cyrano représente un bouquet bien taillé par un jardinier avec la lumière nocturne au moment de la sérénade.

La mère de quatre enfants a dû réunir les conditions gagnantes pour relever le défi.

« J’ai expliqué à mes enfants que c’était un événement important dans ma vie. Ça s’est très bien fait avec eux. Ils sont fiers. Ils m’ont vu travailler fort. »

Kristine Girard expose pour une première fois à la Galerie Corno de Montréal. Elle espère maintenant y avoir un pied à terre.

Pour l’artiste, l’expérience a été révélatrice.

« Ç’a été un processus de perspective de vie et de création. Ça me ramène à mon essence artistique. Les gros formats m’ont replongée dans ce que je faisais il y a 12 ans. Je me suis adaptée aux petits formats pour le marché, maintenant, je replonge dans l’essence de Kristine Girard. Pour moi, c’est un tournant. Un positionnement de mi-carrière », estime l’artiste de 48 ans.

Avec Les fleurs de la noce, Kristine Girard a voulu représenter le bouquet de mariage parfait qui symbolise notamment l’amour, la séduction et l’amitié.

Son travail a reçu un bel accueil. Six des 12 toiles ont été vendues en trois jours seulement.

« Ç’a été très bien accueilli, je crois. Il y avait 132 personnes au vernissage. C’est beaucoup. La galerie est très satisfaite. Ce que j’expose, c’est les couleurs de Corno, mais avec un traitement différent. J’ai ajouté ma pigmentation, j’ai modifié la densité. Beaucoup d’amis de Corno sont venus au vernissage. Ils m’ont dit que les toiles étaient riches et fortes, comme Corno avait le don de le faire, avec une lumière qui jaillit, mais complètement différentes. Les gens étaient heureux que je n’aie pas essayé de faire quelque chose de semblable. »

Kristine Girard a peint sur les canevas offerts par les proches de Corno après son décès. Elle a utilisé les couleurs de Corno en modifiant leur densité.

En guise d’hommage à Corno, Kristine Girard a peint Magnolia, un tableau blanc tout en texture.

« Ça évoque la féminité. Corno avait envie de se retrouver avec la nature en fin de vie. Ça l’a rendue sereine. J’ai senti qu’elle m’accompagnait. Il faut qu’elle m’accompagne encore », affirme-t-elle les yeux brillants.

+ UNE NOUVELLE ÉTAPE

Tout vient à point à qui sait attendre. Voilà une devise qui sied à Kristine Girard. Un déménagement, le retour aux tableaux de grands formats et des projets de voyages plein la tête, l’artiste peintre sent qu’il est maintenant temps de se laisser porter par le nouvel élan qui l’habite. 

« Je suis à une nouvelle étape de ma vie de femme et d’artiste », estime celle pour qui les prochains mois risquent d’être fort animés. Après avoir passé trois années dans un atelier d’Arvida, Kristine Girard s’installe au centre-ville de Chicoutimi. Son nouvel atelier, qu’elle occupera à compter du 1er novembre, sera situé à quelques pas de l’autogare de la rue du Havre. 

« Au départ, j’étais installée à la maison. Ensuite, j’étais dans le quartier. Je m’éloigne tranquillement. Je veux détacher mon travail de la vie familiale. Je veux sentir les vibrations du centre-ville », explique-t-elle.

Maintenant que ses enfants ont grandi, l’artiste aimerait aussi rattacher son travail à des voyages. « J’aimerais qu’on me dépose ailleurs, pour m’inspirer d’un lieu. Je rêve d’un séjour à San Sebastián. »

Avoir un pied à terre à la Galerie Corno, mener des projets internationaux et être distribuée à Québec et Charlevoix figurent également parmi les aspirations de l’artiste. « C’est important d’aller au bout de ses rêves. »