Daniel Côté
Danielle Dubé
Danielle Dubé

Le Japon vu par Danielle Dubé

CHRONIQUE / Il y a de ces livres qui font leur chemin tranquillement, loin du bruit et de la fureur. Tel est le cas de l’ouvrage le plus récent de Danielle Dubé, Ciel de Kyoto. Depuis sa publication en 2017, ce récit d’un voyage au Japon, en compagnie de neuf autres femmes, suscite un intérêt qui dépasse le simple lectorat. C’est ce qu’illustre la conférence que l’auteure prononcera le 11 décembre à 19h, à la bibliothèque municipale d’Alma.

«Ce sera la quatrième que je donnerai à propos du Japon, alors que je serai interviewée par Christine Martel. On sent qu’il y a un appétit pour le voyage, dans la région, et que l’Orient exerce une fascination particulière. C’est tellement différent d’ici. Un pays à la fois énigmatique et paradoxal», m’a-t-elle raconté mercredi. Des films et des photographies seront projetés pendant son intervention, mais l’accent sera mis sur les mots au cours de cette activité accessible gratuitement.

Il sera beaucoup question de Kyoto, la ville ancienne, là où fleurissent les traditions, comme dans une bulle à l’abri des soubresauts de la vie moderne. Danielle Dubé y retournerait, c’est sûr, et pas seulement pour quelques jours. Au charme qu’elle exerce répond l’émotion, qui étreint le visiteur à Hiroshima, éternellement associée au feu nucléaire. «On sent encore le choc de ce qui s’est passé là», mentionne-t-elle.

La conférencière évoquera également le sort des dernières geishas, des temples bouddhistes et des sanctuaires shintoïstes, tout en faisant ressortir la beauté des Alpes japonaises. Bref, elle emmènera les gens ailleurs, en attendant de répéter l’exercice avec le Maroc. Il constituera le sujet de son prochain livre, en effet. «Je l’ai vu il y a 30 ans, avant d’y retourner en 2017. J’ai vécu deux mois avec une famille», précise Danielle Dubé.

Le texte est prêt et il reste à le publier, une opération qui devrait être complétée d’ici à la fin de 2020.