La directrice générale, Mélanie Villeneuve, a fondé le festival Frissons du Nord avec le directeur technique, Steve Dallaire, et le directeur de la programmation, Éric Bilodeau, par passion pour les films de genre.

Le festival Frissons du Nord récidive

Fort de sa première édition l’an passé, le festival Frissons du Nord récidive, du 9 au 11 novembre, à Saguenay, avec trois soirées de courts et longs métrages, une opportunité rare pour les amateurs de films de genre de la région.

« Tous ceux qui aiment aller au cinéma peuvent trouver leur compte, assure la directrice générale Mélanie Villeneuve. C’est mieux qu’une salle conventionnelle. L’ambiance est plaisante, on peut réagir fortement à ce qui se passe, il n’y a pas de gêne. »

L’organisation se réjouit d’avoir développé sa propre programmation à partir d’un appel de films. Zombies, peurs et science-fiction seront au rendez-vous, entre autres. L’an dernier, le festival dépendait beaucoup du soutien d’autres évènements du genre, comme Requiem ou Spasm. Ceux-ci ont d’ailleurs reçu carte blanche pour la deuxième partie des soirées du vendredi et du samedi. Ils présenteront leurs courts-métrages coups de cœur.

« On a une belle sélection, ça nous ressemble, affirme Mélanie Villeneuve. On reçoit encore des films, on pense déjà à la troisième édition. »

Plusieurs premières

Plusieurs films seront diffusés à Saguenay pour la première fois. C’est le cas par exemple de Game of Death et DJ XL5 Italian Zappin’ Party le jeudi. Ce dernier sera bien intéressant, promet l’organisatrice. « C’est un montage d’extraits. C’est comme si on zappait tout le temps avec la télécommande, et qu’on voit juste le meilleur. »

Le vendredi, plusieurs réalisateurs seront présents, dont ceux de Feuilles mortes. Le film met en vedette Roy Dupuis dans un Québec post-apocalyptique. La soirée se conclura avec le Evil Ciné-karaoké, animé par Grindcardol, bien connu sur le web. « C’est un mélange de cinéma et d’improvisation. On passe des extraits, sans le son, et les équipes doivent développer une histoire avec les images, explique Mélanie Villeneuve. Ç’a été un grand succès l’an passé ! »

Chaque soirée sera précédée d’un 4 à 7 à l’Hôtel du Parc, à Chicoutimi, pour permettre aux festivaliers d’échanger. Les représentations auront lieu dans une salle qui sera spécialement aménagée au sous-sol de l’établissement de la rue Bossé. « C’est vraiment idéal pour nous, l’ambiance va être géniale, s’enthousiasme Mélanie Villeneuve. On a des invités qui reviennent pour une seconde fois, c’est très bon signe. »

Le samedi, le film La folle histoire de l’espace, de Mel Brooks, sera notamment présenté en hommage aux 30 ans de l’œuvre. Deux ateliers-conférences sont aussi organisés en après-midi avec des artisans du milieu cinématographique. Le chef maquilleur et accessoiriste Olivier Xavier et le comédien et doubleur Patrick Baby parleront de leur travail. Ces activités coûteront seulement 5 $, alors que le passeport pour les trois soirées est en prévente à 30 $ chez Jeux Vidéo Hytech. On peut sinon acheter son entrée à la porte pour 15 $.

« On espère vraiment que les gens seront au rendez-vous, conclut Mélanie Villeneuve. C’est une belle initiative régionale, et on n’a pas souvent la chance de voir des films comme ça ici. »

La directrice générale a fondé Frissons du Nord avec le directeur technique Steve Dallaire et le directeur de la programmation Éric Bilodeau, qui ont tous les trois la même passion pour les films de genre.