La contralto et ambassadrice du Festival international du Domaine Forget, Marie-Nicole Lemieux

Le Domaine Forget a la quarantaine heureuse

Cet été, en allant assister aux concerts du Festival international du Domaine Forget, il faudra fermer les yeux et imaginer comment il a fallu que les fondateurs triment pour convaincre les musiciens de renommée internationale de se rendre dans ce petit paradis sauvage au bord du fleuve. Quarante ans plus tard, l’endroit est une destination prisée, qui a acquis une renommée enviable, et qui entend bien célébrer son chiffre rond.

Il faut entendre l’animatrice Françoise Davoine parler des débuts du Domaine et des accords conclus par une simple poignée de main avec des artistes parisiens, auxquels elle était chargée de «vendre» le lieu. Celle-ci animera le concert célébrant les 40 ans d’amitié entre le Domaine et la France le 28 juillet, journée spéciale où musique et nature s’enlaceront de 7h jusqu’en soirée.

Les 40 ans du Domaine Forget seront d’ailleurs l’occasion de présenter un spectacle extérieur gratuit, mettant en vedette Diane Dufresne, Lorraine Desmarais et l’Orchestre national de jazz de Montréal, en clôture du Festival, le 19 août.

La flamboyante ambassadrice de l’événement, la contralto Marie-Nicole Lemieux, réalisera pour sa part un nouveau fantasme musical le 18 août en présentant un programme romantique en compagnie des Violons du Roy, dirigés par Jean-François Rivest, et du Chœur du Domaine Forget. Rhapsodie pour alto et chœur de Brahms, le Poème de l’amour et de la mer de Chausson et la Cinquième symphonie de Beethoven seront au programme de ce concert qui s’inscrit tout à fait dans l’esprit du lieu enchanteur.

D’autres rendez-vous sont évidemment au menu. Nous vous en avons sélectionné quelques-uns, à regarder de plus près, mais vous pouvez consulter toute la programmation à domaineforget.com.

Le Festival s’ouvrira le 23 juin avec un concert de l’Orchestre métropolitain dirigé par Yannick Nézet-Séguin et mettant en valeur le pianiste Louis Lortie (Concerto pour piano no 1 de Tchaïkovski) et le flûtiste Emmanuel Pahud (Concerto pour flûte d’Ibert).

Le 8 juillet, le jazz vocal enlevant de Bobby McFerrin sera à l’honneur dans le spectacle Circlesongs.

Le baryton-basse chevronné José van Dam, qui ne sort plus que pour des projets spéciaux, chantera avec la mezzo-soprano Sophie Koch, en compagnie du pianiste Philippe Riga, un programme alliant Mozart et musique française, justement programmé lors de la Fête nationale des Français, le 14 juillet.

Le baryton-basse Philippe Sly s’est lancé dans une création hautement intrigante autour du Voyage d’hiver de Schubert, qu’il livrera avec un ensemble klezmer (trombone, violon, clarinette et accordéon) dans une mise en espace de Roy Rallo, que nous pourrons découvrir le 21 juillet, puis sur disque puisque le concert sera suivi d’un enregistrement.

L’altiste Antoine Tamestit se joindra à l’Orchestre symphonique de Québec et à son directeur musical Fabien Gabel pour interpréter Potpourri (Fantaisie) pour alto et orchestre, où Hummel revisite des airs de Mozart et Rossini, le 11 août.