Marie-Mai en spectacle dans le cadre de la tournée Elle et moi. Elle chantera aujourd’hui (samedi), à la Salle Michel-Côté d’Alma.

Le dilemme

CHRONIQUE / J’ai été vraiment surpris, l’autre jour, lorsque Marie-Mai s’est interrogée tout haut sur la pertinence de sortir un nouvel album. Plusieurs chansons ont pris forme dans les derniers mois, mais de quelle manière seront-elles offertes à ses fans? Une à la fois, comme au temps du 45 tours, ou toutes ensemble? Là réside la question.

Ce qui m’a étonné, c’est le fait que ce dilemme est porté par une artiste à qui le succès sourit depuis longtemps. Hormis Céline Dion et Ginette Reno, combien de chanteuses (ou chanteurs, ou groupes) attirent autant de monde dans les salles? On sait également à quel point elle soigne la facture de ses albums, de l’objet physique. À l’évidence, ce support lui plaît, mais il a connu de meilleurs jours.

Ce qui est fascinant avec cette question, c’est la multiplicité des points de vue. Sara Dufour, par exemple, m’a dit qu’elle travaillerait sur son prochain enregistrement, cette année. Ça passera d’abord par l’écriture de textes, parfois juste des bouts de phrases, en attendant de voir si ces flashes l’inspireront pour la peine. Dans son cas, il semble évident que le format restera le même, celui d’une collection de chansons.

Pour comprendre sa position, il faut savoir que chacun de ses albums lui a permis de franchir une nouvelle étape dans son cheminement professionnel. Dépanneur Pierrette a planté le décor. Il fait connaître son imaginaire et sa manière d’être à la grandeur du Québec, tandis que son successeur, un disque éponyme, a constitué une fabuleuse rampe de lancement pour la tournée qui, vendredi, s’est arrêtée dans son patelin de Dolbeau-Mistassini.

Partout dans le monde, des artistes sont confrontés aux mêmes choix, qui font penser à ceux qui interpellent les médias écrits. L’avenir de la musique enregistrée est plus flou que jamais, comme l’illustre la résurrection du vinyle et, dans une moindre mesure, de la mini-cassette. Tant que la réponse ne sautera pas aux yeux, il faudra naviguer à vue en espérant que les choses iront pour le mieux. Ou le moins pire.