Toutes les options ont été examinées par le comité organisateur, mais en vain. Le festival punk et metal Le Délüge n’aura pas lieu cette année, à Jonquière. La quatrième édition aurait dû se dérouler à la Salle Nikitoutagan, ainsi qu’au Côté-Cour, où cette photographie du groupe The Hacked a été captée en septembre 2019.
Toutes les options ont été examinées par le comité organisateur, mais en vain. Le festival punk et metal Le Délüge n’aura pas lieu cette année, à Jonquière. La quatrième édition aurait dû se dérouler à la Salle Nikitoutagan, ainsi qu’au Côté-Cour, où cette photographie du groupe The Hacked a été captée en septembre 2019.

Le Délüge reporté à l’an prochain

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Tout l’été, le comité organisateur a soupesé différentes options, l’une d’elles étant la tenue de spectacles à l’extérieur. Il y a une semaine, cependant, il a dû se faire une raison. La quatrième édition du Délüge, ce festival punk et metal tenu à Jonquière, n’aura pas lieu cette année en raison de la crise sanitaire.

«Nous avons vraiment attendu jusqu’à la fin pour voir si on serait capables de le faire. On avait l’appui du conseil d’arrondissement, mais en raison des mesures gouvernementales, c’est trop compliqué», a reconnu le directeur général Sébastien Lavoie, mardi, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien.

À l’origine, les amateurs devaient retrouver des lieux familiers, soit le Côté-Cour et la Salle Nikitoutagan, les 18 et 19 septembre. Quant à la programmation, elle était ficelée à 95% lorsque le Québec s’est mis sur pause, à la mi-mars. En plus des formations du Québec, elle comprenait des invités provenant de l’Europe et des États-Unis.

Vu la tournure des événements, la présence de ceux-ci a rapidement soulevé des doutes. Pourraient-ils traverser la frontière pour jouer à Jonquière? Ensuite, le comité organisateur a dû faire une croix sur la musique entre quatre murs, tout en gardant espoir de présenter un volet extérieur.

«Nous avons examiné la possibilité de tenir une ou deux soirées. Il était question de mettre des tables de pique-nique à la disposition des membres d’une même famille, mais est-ce que ça aurait fonctionné? Il y a aussi le fait que dans notre créneau, il est difficile de garder la distanciation. C’est pour ça qu’on a eu un peu peur», explique Sébastien Lavoie.

Il peut toutefois garantir que Le Délüge sera de retour en 2021, une édition qui coïncidera avec le 25e anniversaire de l’autre Déluge, pour lequel on aura une pensée, promet le directeur général. Plusieurs des groupes qui devaient venir le mois prochain se sont engagés à nouveau. Un bon nombre ont également renoncé à toucher le cachet promis cette année, une attitude qui les honore.

«Ils ont été gentils, vraiment corrects, souligne Sébastien Lavoie. De notre côté, à partir du moment où la COVID est arrivée, nous avons réduit nos dépenses et attendu avant de procéder à la vente des billets. C’est pour ça, entre autres, que nous serons là en 2021.»