Guillaume Wagner se produira à l’Île du Repos de Péribonka, pour une première fois, le 7 juillet. L’humoriste n’y a jamais mis les pieds, mais il a souvent entendu parler de l’endroit par son parrain, l’ex-hockeyeur Michel Goulet, qui a évolué avec les Nordiques de Québec.

Le courage à la Guillaume Wagner

Guillaume Wagner débarque à Péribonka samedi soir avec du tout nouveau matériel. Celui qui proposera son troisième one-man-show en rodage posera les pieds pour une première fois dans le village dont il a tant entendu parler, lui dont le parrain n’est nul autre que l’ex-hockeyeur Michel Goulet.

Le public de l’Île du Repos figure parmi les premiers à découvrir le nouveau matériel de Guillaume Wagner. L’humoriste, qui a vendu plus de 100 000 billets en carrière, a amorcé le rodage du spectacle Du coeur au ventre il y a quelques jours seulement.

Péribonka est l’un des premiers endroits où il présente ses gags. Même si l’humoriste n’a jamais visité l’endroit, il a l’impression de le connaître un peu. « Je n’ai jamais fait de spectacle à Péribonka. Michel Goulet, qui est assez connu dans le coin, est mon parrain. Il m’a souvent parlé de Péribonka. Ma blonde, Mélanie Boulay, des Soeurs Boulay, m’a aussi parlé de l’Île du Repos. J’ai bien hâte d’y être », affirme l’humoriste, au cours d’un entretien téléphonique.

Guillaume Wagner a déjà fait quelques spectacles ici et là avec son matériel. Il est impatient de le présenter au public dans une version proche de celle qu’il proposera lors de sa tournée officielle prévue à l’hiver 2019. « C’est du matériel éprouvé. Il fonctionne. Reste à voir dans quel ordre il sera présenté. Je fais beaucoup de rodage, mais je considère que chaque rodage est un spectacle comme les autres », assure-t-il.

Du coeur au ventre traite de courage. « Je parle beaucoup de courage, d’avoir du coeur au ventre. Avoir le courage d’être soi-même et de poser les gestes qu’on doit poser. Le courage, ça part de la bonne place. C’est la trame narrative du spectacle », explique-t-il.

L’humoriste propose un spectacle d’une heure et demie, sans entracte. « C’est une question de rythme. Un coup que tu tiens ton public, c’est mieux de ne pas le laisser tomber, estime-t-il. J’aime quand ça ‘‘punche’’. J’essaie de provoquer les rires le plus possible. J’installe aussi quelques malaises. Le spectacle compte aussi des moments plus sérieux, plus touchants. »

Les années qui ont passé depuis sa sortie de l’École nationale de l’humour, en 2006, teintent le travail de l’humoriste. « On apprend à mieux doser et à être plus efficace. Je suis plus habile, je pense. J’aime aller jusqu’à la limite. J’ai toujours le public de mon côté. Les gens sortent contents. »

Guillaume Wagner montera sur la scène de l’Auberge Île du Repos à 21 h. Le coût d’entrée est de 33 $.