Le Conservatoire de Saguenay organise une quatrième soirée bénéfice, pour financer ses activités hors les murs.
Le Conservatoire de Saguenay organise une quatrième soirée bénéfice, pour financer ses activités hors les murs.

Le Conservatoire de musique de Saguenay souhaite offrir la musique aux jeunes

Le Conservatoire de musique de Saguenay invite la population à assister à une soirée-bénéfice qui aura lieu le 20 février. Avec l’argent qu’il amassera, l’établissement veut aller à la rencontre des élèves du primaire pour faire naître l’amour de la musique classique.

La directrice du Conservatoire, Louise Bouchard, explique que cet événement, qui en est à sa quatrième édition, permet de soutenir les initiatives hors les murs de l’institution et de rendre le classique plus accessible.

« C’est de cette manière que l’on peut faire nos activités parascolaires. Présentement, il y a une soixantaine de jeunes qui reçoivent des cours dans les écoles primaires. C’est comme ça qu’on peut financer l’achat des nos instruments », indique Louise Bouchard.

En 2019, le conservatoire avait pu acquérir 25 instruments, qui sont prêtés gratuitement aux écoles, avec l’argent récolté dans la soirée. Ces fonds avaient aussi permis de payer les déplacements des professeurs qui allaient dans les classes pendant toute l’année.

Former la relève

Les musiciens du Conservatoire vont à la rencontre des élèves pour une bien simple raison : former la relève et démocratiser la musique classique.

La directrice du Conservatoire de musique de Saguenay, Louise Bouchard, explique que son établissement veut avoir une attitude proactive pour former la relève.

« On s’est aperçu avec le temps qu’il y avait moins de jeunes qui choisissaient des instruments comme le violon, le violoncelle, la clarinette. Les écoles, avec les moyens qu’elles ont, n’ont pas tous les instruments à leur disposition, et n’ont pas les spécialistes pour pouvoir l’enseigner », explique celle qui joue de la flûte traversière.

Au lieu de s’apitoyer sur leur sort, les professeurs du Conservatoire ont décidé d’avoir une attitude proactive. « La musique classique est souvent méconnue, poursuit Mme Bouchard. Ceux qui font de la musique dans leurs loisirs font le choix du chant populaire, de la guitare, du rock. Ce sont de bons choix, mais c’est bien qu’il y ait de la diversité. »

Une fête de la musique

La soirée du 20 février consistera en un cocktail dînatoire et un concert, entrecoupé de prestations musicales. « C’est une belle fête. On reçoit les gens au Conservatoire et tout le monde qui travaille ici participe », résume Mme Bouchard.

REGARD met lui aussi la main à la pâte. Le festival du court métrage présentera un film en primeur. Si Louise Bouchard veut garder un élément de surprise, elle annonce tout de même qu’il y aura « un volet musical » lié à ce film.

Les billets pour la soirée coûtent 100 dollars chacun, mais, comme le rappelle la directrice du Conservatoire, des reçus d’impôt d’une valeur de 75 dollars peuvent être émis.

Un encan silencieux sera tenu sur place. Les gens présents pourront y acquérir des œuvres d’art. Des concerts privés de certains professeurs du Conservatoire seront aussi mis aux enchères.

La présidence d’honneur de cet événement a été confiée à Janick Tremblay et Stéphane Bédard. Catherine Doucet, de Radio-Canada, assurera l’animation.